Côte d’Ivoire : 17 systèmes d’adduction d’eau potable pour alimenter près de 50 000 villageois

0

Le leader français de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, Vergnet Hydro, continue de développer son expertise dans la réalisation de travaux, notamment en Côte d’Ivoire. C’est dans cette optique qu’un communiqué de presse reçu à VivAfrik jeudi 20 février 2020 révèle que l’Office national de l’eau potable (ONEP) de Côte d’Ivoire a attribué au groupement associant les PME ABEDA (pilote du projet, Abidjan, Côte d’Ivoire) et Vergnet Hydro un marché de 17 systèmes d’Adduction d’Eau Potable (AEP) pour alimenter près de 50 000 villageois dans le nord de la Côte d’Ivoire. « Le rôle de Vergnet Hydro ne se cantonne pas ici à la conception, à la fourniture et à l’installation d’équipements. En effet, via notre filiale SAHER (Abidjan, Côte d’Ivoire), nous allons réaliser des travaux. Une expertise que nous entendons bien développer pour les projets à venir », annonce Thierry Barbotte, Directeur général de Vergnet Hydro.

Le document officiel ajoute que le marché comprend la construction de 12 systèmes d’AEP électriques et 5 systèmes d’AEP mixtes, c’est-à-dire solaire/électrique ou solaire/thermique, dans les Régions du Tchologo, du Poro, de la Bagoué, du Kabadougou et du Folon. Suffisant pour le Chargé d’offres et de projets de Vergnet Hydro, Joël Menager de préciser que « les 5 parcs solaires développent des puissances comprises entre 4 et 7 kWc, pour des Hauteurs Manométriques Totales comprises entre 60 et 110 m ».

A en croire la source citée plus haut, un budget de 2,8 milliards de FCFA (4,3 millions d’euros) est nécessaire pour mettre en eau l’ensemble des installations d’ici à décembre 2020.

« Conformément aux attentes exprimées dans le cahier des charges, nous prévoyons de mettre en eau l’ensemble des installations d’ici à décembre 2020 », explique de son côté, Baptiste Gadenne, Chargé d’affaires de Vergnet Hydro. Co-financé par le ministère de l’Hydraulique de Côte d’Ivoire, la Banque islamique de développement (BID) et l’Union économique et monétaire ouest africaine – UEMOA) (programme BID-UEMOA), le budget de ce projet s’élève à 2,8 milliards de FCFA (4,3 millions d’euros).

Moctar FICOU / VivAfrik                                       

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here