Pêche illégale : entre 7,7 et 14 millions de tonnes de poisson pêchés chaque année, selon une étude

0

Une équipe internationale de chercheurs rendue publique dans la revue « Science Advances » relève que, chaque année, les pêcheurs pêchent entre 7,7 et 14 millions de tonnes de poisson sans le signaler, précisant que la majorité de ces captures de poisson sont destinées à la pêche illégale.

Pour les auteurs de l’étude, la pêche légale subirait des dommages de 26 à 50 milliards de dollars. L’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud sont particulièrement touchées.

Une équipe dirigée par Rashid Sumaila de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, au Canada estime que, « comme pour d’autres activités de commerce illégal, le commerce illégal de poisson et de fruits de mer enrichit un petit nombre d’opérateurs et d’entreprises aux dépens de la communauté et de la société ».

Les scientifiques qui s’appuient sur leurs estimations qualifiées, veulent montrer, cette étude, les dimensions de la pêche illégale. Selon son évaluation, cela contribue également à la surpêche dans certaines régions marines. Les chercheurs ont inclus un total de 143 pays dans leurs calculs et estimations.

Pêche de subsistance non prise en compte

La base de données la plus importante de l’étude est la base de données « Sea Around Us » de l’Université de la Colombie-Britannique, souligne le site d’information nouvelles-du-monde.com qui a parcouru cette étude. Il complète les informations officielles de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur les captures de poisson par les différents pays avec des estimations des captures non déclarées.

La pêche de subsistance, c’est-à-dire la pêche pour ses propres moyens de subsistance, et la pêche récréative n’étaient pas prises en compte. La pêche hauturière en dehors des zones de 200 milles marins des pays côtiers n’a pas non plus été incluse dans les calculs ; il est difficile à attribuer à un pays et ne représente que 5 à 10% de la pêche mondiale, écrivent les chercheurs.

Des études antérieures avaient montré comment fonctionne la pêche illégale. Les grands navires de refroidissement et de traitement en haute mer capturent les poissons de plusieurs bateaux de pêche. Il est donc difficile, voire impossible, de retracer d’où provient le poisson pêché et s’il a été légalement pêché.

Rien qu’en 2013, 35 de ces navires ont été aperçus au large de la seule côte ouest-africaine. Les chercheurs écrivent également que de grands conteneurs réfrigérés, qui sont soumis à des exigences de déclaration et d’inspection beaucoup moins strictes, seraient utilisés pour transporter du poisson pêché illégalement.

Les pertes économiques basées sur les prix locaux seraient estimées entre 7,6 et 13,9 milliards de dollars par an pour l’Afrique et entre 10,3 et 20,3 milliards de dollars pour l’Asie. Pour l’Allemagne, les scientifiques ont calculé une perte brute de 4,5 à 7,3 millions de dollars.

« Ce n’est que par une responsabilité totale et une transparence publique que nous pouvons garantir que les ressources halieutiques sont capturées et commercialisées de manière durable et légale », écrivent les scientifiques. C’est la seule manière dont les bénéfices de cette activité économique profiteront aux populations et aux gouvernements de chaque pays où la pêche est pratiquée.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here