L’AGK et la FAO évoquent le potentiel du karité pour atténuer les effets du changement climatique

1

La chaîne de valeur du karité fixe 1,5 million de tonnes de CO2 chaque année en Afrique de l’Ouest. Par rapport aux volumes de production, chaque tonne de karité produite a une empreinte carbone négative de 1,04 tonne de CO2, a révélé une nouvelle étude. L’étude qui a souligné le potentiel du karité à atténuer le changement climatique en Afrique de l’Ouest a été publié par l’Alliance globale du karité (AGK) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Bureau régional de la FAO pour l’Afrique).

La nouvelle étude baptisée « La filière karité, principal moteur de fixation du carbone favorable aux pauvres en Afrique de l’Ouest », a évalué la contribution de la chaîne de valeur du karité à l’atténuation du changement climatique, à la résilience climatique et à l’impact socioéconomique. La recherche a exploité l’outil EX-ACT Value Chain (EX-ACT VC), développé en 2016 par la FAO.

L’augmentation de la population d’arbres de 7 millions d’arbres par an sur 14 ans porte le CO2 fixé à environ 9 millions de tonnes par an, conduisant à un impact de fixation du carbone agrégé de 180 millions de tonnes de CO2 sur 20 ans. La valeur actuelle nette de cet investissement est de 1,9 milliard de dollars américains, ce qui se traduit par un taux de rendement interne de plus de 100% en tenant compte des investissements publics et privés, ont détaillé les auteurs de l’étude.

Qui affirment que la chaîne de valeur du karité est une activité essentielle de génération de revenus pour les femmes des zones rurales. En 2018, chaque journée de travail a généré 1,9 dollar américain de valeur ajoutée pour les femmes. Dans l’ensemble de la région, la chaîne de valeur a une production brute annuelle d’environ 284 millions de dollars américains et une valeur ajoutée de 203 millions de dollars américains, qui est principalement captée au niveau de la production locale par les femmes ramasseuses et transformatrices. L’amélioration de la productivité des collectrices et l’agrandissement des parcs à karité peuvent augmenter le revenu brut par femme collectrice à 167 USD / an ; soit 2,30 USD de valeur ajoutée par jour de travail, en tenant compte de la saisonnalité.

« Investir dans la chaîne de valeur du karité est la clé pour assurer un monde meilleur pour les générations futures. Alors que le monde cherche des solutions innovantes et durables pour protéger notre planète, je voudrais inviter les secteurs public et privé à unir leurs forces pour protéger et régénérer nos parcs à karité », a soutenu le président de l’Alliance globale du karité, Badiè Marico.

De son côté, Louis Bockel (PhD), économiste chargé du soutien aux politiques au Bureau régional de la FAO pour l’Afrique, a informé que « les partenariats fonctionnels, comme le partenariat FAO-AGK, sont des moteurs pour résoudre les problèmes mondiaux. La FAO est fière de contribuer à dévoiler la chaîne de valeur du karité en tant que moteur de fixation du carbone en faveur des pauvres en Afrique de l’Ouest ».

Moctar FICOU / VivAfrik                  

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour à toutes et à tous !
    Je m’appelle Mamadou Moustapha LÔ. Je suis Sénégalais, étudiant en environnement en 2ème année et j’ai 23 ans.
    Je suis en train de rédiger un projet de création d’entreprise qui vas travailler sur les domaines de l’environnement et du climat.
    Nous souhaitons contribuer à l’adaptation aux changement climatique ainsi qu’à l’atténuation de ses effets en Afrique. C’est une nécessité pour nous car nous sommes dans une époque où les populations Africaines subissent d’une manière très difficile les conséquences du changement climatique.
    Ceci étant dit, nous souhaiterons recevoir vos NEWSLETTER pour avoir des informations concernant l’actualité climatique de l’Afrique. C’est un projet qui me tient à cœur vraiment et j’ai porte mon espoir sur vous pour que vous me soutenez sur cette initiative que j’ai prise.
    Cela nous permettra de mener à bien nos activités afin de sauver la vie des populations africaine contre ce fléau.
    Je vous remercie !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here