Malawi : le projet d’eau et d’assainissement de Mzimba reçoit le Prix du Prince Talal

0

Achevé il y a un an, le Projet intégré « Eau et assainissement en milieu urbain » pour la ville de Mzimba vient d’être récompensé du Prix international Prince Talal pour le développement humain. Les travaux ont été financés par la Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour le développement international. Le Malawi est à l’honneur cette semaine grâce au Prix Prince Talal pour le développement humain qui vient d’être décerner au Projet intégré « Eau et assainissement en milieu urbain » pour la ville de Mzimba, dans le nord du pays. Le but de cette initiative du gouvernement malawite était d’accroître l’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement dans cette ville dont la population avoisine les 27 000 habitants. Le projet s’est achevé en 2019, c’est-à-dire en avance d’un an sur le calendrier. Selon la Banque africaine de développement (BAD), qui a participé au financement aux côtés du Fonds de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour le développement international, cette récompense tombe à un moment crucial pour la ville de Mzimba. « Je salue la récompense accordée à ce projet par le comité de sélection du Prix international Prince Talal pour le développement humain. Elle arrive à point nommé, car ce projet est en train d’améliorer rapidement l’accès des communautés à l’eau et à l’assainissement tout en encourageant les bonnes pratiques d’hygiène comme le lavage des mains avec du savon, l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la propagation du Covid-19 », affirme Akinwumi Adesina, le président de la BAD. Le Prix Prince Talal pour le développement humain est décerné par le Programme du Golfe arabe pour le développement (Agfund), une organisation régionale basée à Riyad, en Arabie Saoudite. Le projet, récompensé dans la catégorie « Gouvernements et fondements sociaux », a permis la réhabilitation et la construction de plusieurs installations d’eau potable et d’assainissement, informe afrik21.africa.

Côte d’Ivoire : A Yopougon 41 sous-quartiers bénéficieront dans trois mois de l’eau potable à coût réduit

C’est un ouf de soulagement que pousseront ces milliers de personnes habitant des sous-quartiers de la commune populaire de Yopougon avec le lancement de ce projet. Elles sont nombreuses personnes qui habitent ces quartiers de fortune de la plus grande commune de Côte d’Ivoire et qui pour avoir accès à l’eau dans leurs ménages sont obligées de faire recours à des services parallèles et, ce souvent à des coûts exorbitants. En cette période de la pandémie à Coronavirus, c’était une nécessité pour ces populations vulnérables de ces sous-quartiers souvent laissés pour compte de pousser un ouf de soulagement et savoir qu’elles auront à coût social un branchement d’accès à l’eau potable. Cette donc dans le cadre du programme dénommé « eau pour tous », mis en place par le gouvernement ivoirien que cette cérémonie de lancement des travaux d’accès à l’eau potable de 41 sous-quartiers a eu lieu ce vendredi 8 mai 2020 à Yopougon Niangon avec le coup de pioche donné par les autorités, comme constaté sur place par KOACI. L’événement du jour a enregistré la présence du ministre auprès du président de la République chargé des institutions, maire de la commune, Gilbert Koné Kafana, du ministre de l’hydraulique Laurent Tchagba et du directeur général de la SODECI/CIE, Ahmadou Bakayoko. Pour le ministre de l’hydraulique Laurent Tchagba, l’objectif de ce projet est de régler dans les quatre prochaines années la question de la desserte en eau potable de ces sous-quartiers d’Abidjan ainsi que de ses environs et partant améliorer les indicateurs techniques et financiers du secteur de l’eau. Ainsi, au bout de trois mois, ces quarante-un sous-quartiers de Yopougon sur les cent cinquante-cinq (155) non canalisés du District Autonome d’Abidjan bénéficieront à coût réduit l’accès à l’eau potable, a fait savoir le directeur général Ahmadou Bakayoko. Ces populations paieront le mètre cube à 423 F CFA à la SODECI au lieu de payer 2.500 à 10.000 F CFA avec les revendeurs. « Nous nous réjouissons parce que ce programme va réduire une partie des problèmes de la population », a indiqué pour finir Ahmadou Bakayoko dans les colonnes de koaci.com.

Gestion de l’eau potable (COVID-19)

Le virus de la COVID-19 ne se transmet pas par l’eau potable. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les traitements appliqués dans les installations de production d’eau potable sont en mesure de rendre inactif le virus qui cause la COVID-19. Lorsque l’eau potable provient d’une source d’eau souterraine et qu’elle est distribuée sans désinfection préalable, les mesures d’aménagement et de protection de la source d’eau déjà exigées permettent d’éviter la contamination de l’eau par l’ensemble des virus. La production et la distribution d’eau potable sont des services essentiels et doivent être maintenus malgré la pandémie. Les exigences réglementaires relatives au traitement de l’eau, à la compétence des opérateurs et au suivi de la qualité microbiologique et chimique de l’eau continuent de s’appliquer. Toutefois, le Ministère a modulé ses attentes pour le cas où la COVID-19 affecterait le personnel qui assure la production et la distribution d’eau potable. Ainsi, les responsables de systèmes de distribution d’eau potable doivent assurer la santé et la sécurité du public par les mesures suivantes : maintenir la distribution de l’eau ; prévoir le personnel compétent ; et assurer le suivi de la qualité microbiologique de l’eau potable distribuée, souligne de son côté quebec.ca.

Moctar FICOU / VivAfrik                  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here