Le financement de la relance post-Covid des énergies renouvelables évoqué par SE4All

0

La directrice exécutive de SE4All a estimé que les pays africains devraient consacrer le quart du financement mobilisé pour relancer leurs économies après le coronavirus aux énergies renouvelables. D’après Damilola Ogunbiyi, cette transition accélérera l’accès à l’énergie et stimulera la croissance économique.

En termes clairs, les pays africains devraient investir 25 % de leurs budgets de relance économique post-Covid dans les énergies renouvelables, a dit Damilola Ogunbiyi, directrice exécutive du programme Sustainable Energy for All. Selon la responsable, les énergies renouvelables sont devenues la source d’énergie la moins chère dans de nombreux pays.

Elle souligne également le fait que cette reprise représente une opportunité unique que les pays africains devraient saisir pour donner une nouvelle impulsion à leurs économies. Dans cette nouvelle dynamique, les pays peuvent améliorer l’accès à l’électricité de leurs populations en investissant dans les solutions d’énergies renouvelables centralisées et décentralisées de grande envergure.

En plus de donner accès à l’énergie, ces technologies permettront également une croissance plus accrue avec la création de nouveaux emplois et d’industries, l’amélioration de la santé des populations et l’accroissement de la productivité agricole et manufacturière.

Un récent rapport du SE4All a en effet établi que chaque dollar investi dans la transition énergétique apporterait une croissance supplémentaire de 0,93 $ au PIB national par rapport au scénario habituel. Toujours selon le rapport, pour 1 million $ investis dans un projet solaire de grande envergure, 80 emplois sont créés et que pour chaque millier de clients raccordés au réseau électrique national, 25 nouveaux emplois sont pourvus.     

Moctar FICOU / VivAfrik                                    

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here