Marée noire à l’Île Maurice : vers une indemnisation de Port-Louis

0

Les autorités Mauriciennes ont affirmé qu’elles useront des moyens indiqués pour obtenir une compensation de Nagashiki Shipping, le propriétaire du tanker ayant déversé du brut dans ses eaux. L’accident met en péril 35 ans d’efforts de restauration et de préservation du littoral, de Maurice, son atout touristique majeur.

Le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth a déclaré mercredi 12 août 2020 que l’île demandera une compensation pour les importants dégâts environnementaux engendrés par le MV Wakashio, le tanker japonais échoué au large depuis le 25 juillet 2020.

Cette annonce arrive alors que Port-Louis est critiqué pour n’avoir pas pris des mesures comme vider le navire après l’accident. Il faut rappeler que deux semaines après le drame, les réservoirs du navire se sont fissurés à cause des vagues, provoquant une importante fuite de mazout.

Cet évènement est devenu une véritable catastrophe nationale, car la marée noire a atteint certaines plages vierges, des récifs coralliens, les eaux turquoise entourant l’île et les zones humides de mangroves qui abritent de nombreuses espèces rares. Selon les organisations de défense de la nature, cette situation menace 35 ans de travail pour restaurer le littoral mauricien.

Sur le terrain, des milliers de Mauriciens travaillent avec le dispositif déployé par le gouvernement pour limiter les dégâts. Ces derniers ont notamment installé des barrages improvisés à partir de tissu et bourrés de paille et de feuilles de canne à sucre pour essayer de contenir la propagation du carburant. On estime que près de 400 tonnes de mazout ont déjà été retirées de la mer. 2 500 autres tonnes ont été directement pompées des réservoirs du navire grâce aux efforts coordonnés d’experts français, japonais et onusiens.

Les travaux qui se poursuivent actuellement se sont transformés en une course contre la montre, car le navire risque de se désintégrer à tout moment. La Mauritian Wildlife Foundation, regrette le niveau de dégâts déjà causés.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire