Afrique : Le COVID-19 exacerbe les défis auxquels est confronté le système éducatif africain, selon l’UA

0

La Commission de l’Union africaine (UA) a déclaré, dimanche 20 septembre 2020, que la pandémie de COVID-19 avait exacerbé les défis auxquels est confronté le système éducatif africain. « La pandémie de COVID-19 a exacerbé les défis auxquels est confronté le système éducatif africain, et renforce le besoin de solutions adaptées, localement innovantes et évolutives dans le domaine de l’éducation », a déclaré, dans un communiqué publié dimanche, le bloc panafricain qui réunit 55 pays. Soulignant les effets néfastes de la pandémie de COVID-19 sur le système éducatif africain, la Commission de l’UA a également souligné qu’il était « nécessaire de promouvoir l’innovation dans l’ensemble de l’écosystème lié à l’éducation et au développement des compétences, en tirant parti de la révolution numérique, en renforçant son impact et en veillant à ce que les groupes défavorisés n’en soient pas exclus ». L’UA a également lancé une initiative visant à promouvoir des innovations locales en matière d’éducation durable afin d’atténuer l’impact du COVID-19 dans le secteur de l’éducation en Afrique. Dans le cadre de cette nouvelle initiative, la Commission de l’UA a également appelé à soutenir et à développer les innovations nationales les plus prometteuses en matière d’éducation durable à l’aide d’un financement et d’une assistance technique d’un montant de 100.000 dollars américains. Selon l’UA, l’innovation en Afrique doit maintenant entrer « soit en phase expérimentale, soit en phase de mise en œuvre des techniques dont l’efficacité a été démontrée, en mettant l’accent sur un ou plusieurs aspects du système éducatif. C’est le cas par exemple des données et l’analyse, des logiciels de gestion de l’enseignement et de l’apprentissage, du matériel d’enseignement et d’apprentissage, de la connectivité des écoles, le matériel et les infrastructures d’évaluation et d’éducation, ou encore l’administration scolaire ». L’innovation doit également permettre un meilleur accès à l’éducation et de meilleures prestations pour ceux qui n’ont pas accès aux services existants, développer un modèle de fonctionnement et de financement évolutif et durable, et fournir aux consommateurs des services à des prix inférieurs aux alternatives existantes, a indiqué l’UA, a-t-on appris de tchadinfos.com.

High Tech : Apple se déploie dans 25 pays d’Afrique

Apple déploie ses services à 25 pays d’Afrique dont 8 voient l’arrivée de cinq services à la fois. Il s’agit du Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Libye, le Maroc, la RDC, le Rwanda et la Zambie. Le géant américain promet des prix adaptés au pouvoir d’achat local. C’est une expansion à grande échelle qu’opère Apple à travers le monde. En Afrique, le géant américain de la Tech étend ses activités à 25 pays d’Afrique dont huit accueillent cinq services à la fois : App Store, Apple Arcade, Apple Music, Apple Podcasts et iCloud, annonce la firme dans un communiqué ce mardi. Il s’agit du Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Libye, le Maroc, la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda et la Zambie. Le seul service Apple Music est déployé dans 17 pays : l’Algérie, l’Angola, le Bénin, le Liberia, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Congo, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Leone, la Tanzanie, le Tchad et la Tunisie. Sur cette application, Apple propose un essai gratuit de six mois aux utilisateurs, avec des sélections musicales africaines. Ce sont au total 54 marchés en Amérique latine et Caraïbes, en Europe, en Océanie, en Asie-Pacifique et en Afrique qui accueillent nouvellement divers services Apple, portant à 167 pays couverts par Apple Music et 175 pays couverts par Apple Store. En 2019, la firme comptabilise 260,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires. « Nous sommes ravis d’offrir de nombreux services les plus appréciés d’Apple aux utilisateurs dans plus de pays que jamais, […] alors que nous continuons à célébrer les meilleurs créateurs, artistes et développeurs du monde », commente Oliver Schusser, vice-président d’Apple Music et International Content, a pour sa part informé afrique.latribune.fr.

L’innovation dans les batteries explose, portée par les véhicules électriques                  

Depuis 20 ans, l’innovation dans les batteries a connu une croissance constante, galvanisée par l’essor de l’automobile électrique et des technologies lithium-ion, souligne une étude conjointe de l’Office européen des brevets et de l’Agence internationale de l’énergie publiée le 22 septembre. Une dynamique dans laquelle les acteurs asiatiques font clairement la course en tête. C’est un rapport qui donne à réfléchir. Alors que le petit monde des batteries se concentre sur les annonces très attendues de Tesla à l’occasion de sa keynote annuelle « Battery Day » ce mardi 22 septembre 2020 au soir, le très épais rapport publié quelques heures plus tôt par l’Office européen des brevets (OEB) et l’Agence internationale de l’énergie (AIE) remet les pendules à l’heure. Et surtout sur le bon continent. Certes, l’innovation dans les batteries a connu une croissance constante ces dernières années, portée principalement par l’essor des véhicules électriques, mais cette dynamique est principalement due à des géants asiatiques, qui laissent l’Europe et les Etats-Unis loin derrière. Intitulé « L’innovation dans le domaine des batteries et du stockage de l’électricité », le rapport donne un aperçu précieux des dynamiques à l’œuvre concernant le stockage de l’électricité dans le monde. Pour ce faire, l’OEB et l’IEA ont comptabilisé l’ensemble des familles internationales de brevets (qui désignent une invention unique déposée devant au moins deux pays ou un office de brevet régional) dans le secteur entre 2000 et 2018. Premier résultat : ces dernières ont connu une croissance constante, notamment à partir de 2005. En 2018, quelques 7100 brevets internationaux relatifs au stockage électrique ont été déposés, soit plus de 7 fois plus qu’au tournant du siècle. Une dynamique principalement portée par le stockage électrochimique – plus communément appelé batteries –  qui représentent près de 9 brevets déposés sur 10. Les accumulateurs lithium-ion tenant sans surprise le haut du panier de cette catégorie, avec 45% des innovations liées aux cellules de batteries, a renseigné usinenouvelle.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                            

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here