Sénégal : les travaux du projet de dépollution de la baie de Hann officiellement lancés

0

Après près de deux décennies d’attente, l’espoir des populations, aussi bien résidantes que celles qui s’activent dans des secteurs économiques au niveau de la baie de Hann va enfin être concrétisé. La raison ? Le ministre Sénégalais de l’Eau et de l’Assainissement a procédé au lancement des travaux pour la dépollution de cette « baie, jadis une des plus belles du monde à côté de celle de Rio de Janeiro au Brésil, était morte écologiquement », selon les dires de Sam Diop.

« Dans trois ans, en effet, la baie sera totalement dépolluée avec un système d’assainissement adéquat constitué », a assuré Sérigne Mbaye Thiam le 25 septembre 2020 lors de cette cérémonie de lancement.

Qui précise que le coût global, toutes taxes comprises du projet de dépollution de la Baie de Hann, est de 93 milliards de FCFA dont 26,6 milliards sur le budget de l’Etat du Sénégal y compris 22,7 milliards de taxes , 34,8 milliards de prêts de l’AFD dont les 15 milliards en cours d’instruction, 13,1 milliards de subvention non remboursables des Pays Bas, 9,1 milliards de subvention non remboursables de l’Union européenne (UE) et 9,4 milliards de prêt en négociation auprès de la China Development Bank.

A en croire M. Thiam, le projet engendrera une amélioration notable des conditions de vie des populations riveraines de la baie et réduira les incidences des maladies hydriques. Il permettra d’améliorer significativement la qualité des eaux de la baie, ce qui favorisera le renouvellement de l’écosystème et le développement de l’investissement portuaire.

Le projet de dépollution de la baie de Hann, c’est aussi l’assainissement du Port de Dakar. « En effet, les eaux usées en provenance du Port sont prises en compte dans le dimensionnement des infrastructures de transfert. Au-delà, le projet est un levier pour faire avancer la réforme en cours dans le sous-secteur, par l’introduction du principe « pollueur-payeur » à travers l’application de la redevance d’assainissement industriel et la mise en place de mécanismes de prétraitement par les industriels. Le projet permettra enfin de raccorder 120 industriels au réseau d’assainissement ; faire bénéficier d’un environnement sain et assaini à 500 000 personnes ; améliorer l’environnement des quartiers du projet et favoriser la création d’emplois et de richesse additionnelle », a laissé entendre le ministre de l’Eau et de l’Assainissement.

Rappelons que ce projet est la traduction d’un fort engagement du chef de l’Etat, Macky Sall, en faveur de l’assainissement, un des cinq accès universels et un domaine d’intervention prioritaire du PAP2A du Plan Sénégal Emergent. « En un moment critique où la survie du projet de dépollution de la baie de Hann était encore en jeu, il a fallu l’intervention personnelle du chef de l’Etat pour le débloquer et nous conduire à la cérémonie d’aujourd’hui ; donc la dépollution de la Baie de Hann est une des réalisations phares à inscrire au bilan du chef de l’Etat au plan de l’accès universel à l’assainissement », a dit le ministre lors de son discours. 

Ce projet traduit également la poursuite des efforts consentis par le Sénégal pour l’atteinte des Objectifs de Développement durable liés à l’eau et à l’assainissement. Il contribuera sans doute à la modernisation des communes traversés en apportant un cadre de vie sain permettant d’asseoir des conditions d’hygiène et de santé assurant ainsi l’épanouissement de nos populations. Le projet est, à ce titre, un investissement appréciable dans le capital humain.

Moctar FICOU / VivAfrik

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here