Cent dix-huit défenses d’éléphant saisies au Cameroun

0

Cent dix-huit défenses d’éléphant ont été saisies à Ambam, dans le sud du Cameroun, haut lieu du trafic d’ivoire près de la frontière avec le Gabon et la Guinée Équatoriale, a annoncé vendredi 23 octobre 2020 Jean-Claude Ekoube, responsable de la communication des douanes camerounaises. Avec près de 675 kilos récupérés, «cette saisie est la plus importante au Cameroun en termes de quantité depuis cinq ans», a-t-il indiqué. L’ivoire, en provenance du Gabon, était transporté dans une fourgonnette à double fond, véhiculant également du bois, selon un reportage de la télévision d’État camerounaise. Il devait ensuite faire route vers l’Asie, selon la douane camerounaise. « Quatre trafiquants, trois Camerounais et un Gabonais, ont été interpellés avec cette cargaison », a précisé M. Ekoube. Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale, héberge près de 60% des éléphants de forêt qui subsistent en Afrique. Le commerce illégal d’ivoire est la troisième forme de trafic la plus rentable après les stupéfiants et les armes. Le trafic est alimenté par une forte demande en Asie et au Moyen-Orient, où les défenses d’éléphant sont utilisées dans la médecine traditionnelle et en ornementation, malgré un moratoire sur son commerce international décidé en 1989. L’ivoire peut être revendu jusqu’à 7000 euros le kilo, note journaldemontreal.com.

Premières actions de coopération pour le PHA Dixmude en zone corymbe avec le Sénégal

Le 16 octobre, le Porte-hélicoptères amphibie (PHA) Dixmude a réalisé une patrouille SAGNE (mission conjointe de surveillance maritime contre les trafics illicites (pêche illégale, pollution, etc.)) avec la marine sénégalaise et le concours de l’avion de surveillance maritime Falcon 50 basé à Dakar. Cette mission de surveillance des pêches et des pollutions maritimes a été réalisée en soutien direct du Centre de commandement maritime (COM) de Dakar, pour contribuer à la détection des pêches illicites, fléaux de cette zone maritime. Cette coordination entre les autorités françaises et sénégalaises met en lumière l’effort conjoint visant à renforcer leur interopérabilité en mer et avec les centres opérationnels à terre. Cette coopération lors de patrouille se prolonge également par des échanges de niveau plus stratégique. Ainsi, le 17 octobre 2020, lors de son passage à Dakar, le PHA Dixmude a reçu à bord le capitaine de vaisseau Malik Ndiaye, représentant du chef d’État-major de la marine sénégalaise, ainsi que Philippe Lalliot, ambassadeur de France au Sénégal, et le général de brigade Michel Delpit, commandant des éléments français au Sénégal. Cette rencontre a été l’occasion de partager de retours d’expériences et d’évoquer l’offre de formations qui pourraient être conduites à l’avenir. Cette séquence d’échanges tactiques et plus stratégiques avec la marine sénégalaise marque le début des opérations en zone CORYMBE pour le PHA Dixmude. D’ailleurs, le 19 octobre, le capitaine de corvette Paillereau, commandant le patrouilleur de haute mer Commandant Ducuing, a transmis le flambeau de l’opération CORYMBE au capitaine de vaisseau Rossignol, commandant le PHA Dixmude. Cette passation entre le 153e et 154e mandat de l’opération CORYMBE s’est déroulée à Dakar, point de départ de cette mission. Depuis 1990, le France déploie un à deux bâtiments en mission CORYMBE de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée, tout particulièrement pour contribuer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant au renforcement des capacités des marines riveraines du golfe et des centres de la structure issue du processus de Yaoundé. Le déploiement de bâtiments français en mission CORYMBE complète le dispositif français stationné en Afrique occidentale et participe au volet maritime des coopérations opérationnelles mises en œuvre régionalement par ces forces de présence, souligne colsbleus.fr.

Washington envoie des patrouilleurs des garde-côtes dans le Pacifique

Les États-Unis ont annoncé vendredi l’envoi de navires de patrouille des garde-côtes dans le Pacifique pour y contrer les activités «déstabilisantes» de Pékin dans des zones de pêche disputées en mer de Chine méridionale. Accusant la Chine de «pêche illégale» et de «harcèlement» des bateaux de pêche de ses voisins, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Robert O’Brien, a annoncé que le corps américain des garde-côtes était «en train de déployer des navires de patrouille rapides dans le Pacifique occidental». Ces navires de patrouille de la classe Sentinel mèneront des missions de sécurité maritime, notamment d’assistance aux pêcheurs «en collaboration avec des partenaires de la région qui ont des capacités de surveillance maritime limitées», a précisé le conseiller du président Donald Trump. Washington accuse régulièrement la Chine de violer le droit international en faisant escorter par ses navires de guerre des bateaux de pêche chinois opérant dans des zones de pêche d’autres pays. En juillet, le ministre américain de la Défense, Mark Esper, avait dénoncé une série de «mauvais comportements» en mer de Chine méridionale ces derniers mois, accusant l’armée chinoise d’avoir coulé un bateau de pêche vietnamien, «harcelé» des sociétés d’exploration pétrolière malaisiennes et escorté des bateaux de pêche chinois dans la zone économique exclusive de l’Indonésie. Robert O’Brien a ajouté que le corps des garde-côtes, qui dépend du département de la Sécurité intérieure (DHS), envisageait de baser plusieurs de ces bateaux de patrouille en permanence dans le territoire américain des Samoa, dans le Pacifique sud. Le mois dernier, l’Indonésie avait protesté contre l’incursion d’un navire des gardes-côtes chinois dans la zone économique exclusive indonésienne, c’est-à-dire la zone située entre les eaux territoriales et les eaux internationales, où un État dispose de l’exclusivité dans l’exploitation des ressources. La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, ce que contestent plusieurs pays riverains comme la Malaisie, le Vietnam, les Philippines, Taïwan, ou l’Indonésie, indique de son côté lefigaro.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here