Remplissage du barrage de la renaissance : des ministres d’Ethiopie, d’Egypte et du Soudan en conclave sur la question

1

Les négociations entre les ministres d’Ethiopie, d’Egypte et du Soudan sur le Grand barrage de la Renaissance (GERD) pour parvenir à un accord équitable censé préserver à l’Egypte ses droits et ceux du Soudan sur les eaux du Nil. C’est dans cette optique que la ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Naledi Pandor, a annoncé que ses homologues éthiopien, égyptien et soudanais se réuniraient à nouveau pour discuter du GERD.

Cette décision fait suite à la discussion par vidéoconférence que Mme Pandor a eue mardi 27 octobre 2020 avec les ministres des Affaires étrangères, et de l’Eau et de l’Irrigation de ces trois pays.

Suffisant pour le porte-parole du département sud-africain des Relations internationales et de la Coopération d’indiqué, mercredi 28 octobre 2020 que « les parties aux négociations sur le GERD ont réaffirmé leur engagement sincère envers le processus dirigé par l’Union africaine, et ont convenu de reprendre immédiatement et sans condition les négociations ».

A en croire Clayson Monyela, les parties concernées s’étaient engagées à établir un calendrier de travail et à définir des objectifs clairs.

« Les parties concernées ont également convenu de poursuivre leurs négociations sur toutes les questions techniques et juridiques restantes », a-t-il ajouté.

Poursuivant son speech, Mme Pandor a également déclaré que toutes les parties s’étaient engagés avec détermination dans les pourparlers qui ont repris cette semaine, pourpalers dans l’impasse depuis environ deux mois.

Plusieurs observateurs se sont joints aux pourparlers, dont le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Mahamat Faki et des experts africains du GERD.

Pour rappel, ce barrage hydroélectrique de 6 500 MW est en cours de construction en Ethiopie sur le Nil Bleu, un affluent majeur du Nil. Le Nil, le fleuve le plus long du monde, irrigue également deux pays riverains situés en aval, le Soudan et l’Egypte.

Les relations diplomatiques entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan sont depuis plusieurs années intimement liées à la question du Nil Bleu, dont les eaux viennent d’Ethiopie, mais sont partagées par les trois pays.

Moctar FICOU / VivAfrik                              

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here