Tunisie : l’ONAS lance le projet d’extension de la station d’épuration de Sud Méliane

0

Le gouvernement tunisien vient de procéder au lancement des travaux de réhabilitation et d’extension de l’usine de traitement des eaux usées de Sud Méliane à Rades. Le projet mis en œuvre par l’Office national de l’assainissement (Onas) est financé par l’Union européenne (UE), la Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Agence française de développement (AFD). C’est y est. Les travaux de réhabilitation et d’extension de la station d’épuration de Sud Méliane ont commencé. Le projet a été lancé récemment lors d’une tournée de Kamel Doukh, le ministre tunisien de l’Équipement, de l’Habitat et des Infrastructures dans le grand Tunis. C’était en présence de l’ambassadeur de France en Tunisie André Parant et celui de l’Union européenne Marcus Cornaro. Les travaux de réhabilitation et d’extension en cours devraient porter la capacité de l’usine de traitement des eaux usées de Sud Méliane à 90 000 m3 par jour. Actuellement, la station affiche une capacité de 37 500 m3 par jour. Ces effluents proviennent de la banlieue sud de la capitale Tunis. Les travaux portent également sur la réalisation d’un système de digestion anaérobique des boues de décantation, ainsi que la valorisation en biogaz. L’Office national de l’assainissement (Onas) de Tunisie prévoit également le renforcement du système de désodorisation de la station, ainsi que la construction d’un émissaire en mer pour le rejet des eaux usées traitées. La réhabilitation et l’extension de la station d’épuration de Sud Méliane s’inscrivent dans le cadre du programme de dépollution de la Méditerranée (Depolmed). En Tunisie, le programme permettra la réhabilitation et l’extension de quatre stations d’épuration littorales notamment celle de Sud Méliane, Sousse Nord, Jedaida et Kelibia. L’Onas construira également 53 stations de pompage et 29 000 boîtes de branchement. L’organisme public assurera aussi la réalisation de 540 km de réseaux de collecte des eaux usées. Selon l’Agence française de développement (AFD), le programme Depolmed permettra également le renforcement des capacités de l’Onas dans des domaines clés de sa mission à savoir la gestion de projets d’investissement, l’exploitation et la maintenance des infrastructures, associée à l’auto-surveillance des rejets des stations d’épuration, le contrôle de l’assainissement industriel, la communication et la consultation du public. « Le programme Depolmed bénéficiera à 324 000 foyers, à travers des œuvres de réhabilitation de stations d’épuration, des travaux d’extension des réseaux de collecte des eaux usées ainsi que grâce à une capacité renforcée de l’Onas et du Citet (Centre international des technologies de l’environnement de Tunis) dans des domaines clefs de leurs missions », affirme Marcus Cornaro, l’ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie. Le programme de dépollution est financé à hauteur de 140 millions d’euros par l’Union européenne, la Banque européenne d’investissement (BEI) et AFD, souligne afrik21.africa.

Serigne Mbaye Thiam : « L’État (Sénégalais) a consenti beaucoup d’efforts, ces dernières années, dans le domaine de l’assainissement »

Le budget du ministère de l’Eau et de l’Assainissement a été voté à l’unanimité par les députés à l’Assemblée nationale. Il a été arrêté à 124 630 679 731 de francs CFA en crédit de paiement et à 545 248 721 422 francs CFA en autorisation d’engagement. A cette occasion, le ministre Serigne Mbaye Thiam a fait savoir que le taux d’assainissement urbain est passé de 62 % à 75 % sous le magistère de Macky Sall. À cet effet, il n’a pas manqué de porter à la connaissance des représentants du peuple les efforts qui ont été faits dans le domaine de l’assainissement rural. Il souligne qu’il y a un programme qui a été élaboré sur une période de 10 ans et qui concerne l’assainissement des eaux de pluie. Dans ce programme, l’État a injecté 500 milliards de francs CFA et les réalisations sont visibles dans le rapport d’enquête d’information parlementaire. Serigne Mbaye Thiam a rappelé qu’avant les années 2012, beaucoup de quartiers à Dakar étaient sous les eaux même avant l’hivernage, mais aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Ainsi, le ministre de l’Eau a donné le cas de Keur Momar Sarr qui grâce aux gros moyens déployés, il n’y a plus d’inondations. À l’en croire, dans cette localité, un programme d’un montant de 15 milliards est prévu et d’ici le 15 janvier 2021 les travaux seront lancés, relaye dakaractu.com.                     

Sénégal – Eau et assainissement : Le budget du ministère arrêté à plus de 124 milliards de F CFA

L’examen du projet de budget 2021 du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, dirigé par Serigne Mbaye Thiam, a démarré à l’Assemblée nationale. Selon le document reçu, il est arrêté à 124 630 679 731 F CFA en crédits de paiement et à 545 248 721 422 F CFA en autorisations d’engagement. Ce budget est réparti entre 4 programmes. Il s’agit du pilotage, de la coordination et de la gestion administrative et intégrée des ressources en eau ainsi que de l’accès à l’eau potable. De plus, il va s’intéresser à l’assainissement et à la gestion des eaux pluviales. Selon le président de la Commission du développement rural et de la transition écologique, Pape Sagna Mbaye, le rapport de présentation de ce budget indique que la mission du département est de «promouvoir, d’un manière durable et équitable, la gestion intégrée des ressources en eau ainsi que de l’accès universel à l’eau potable et à des systèmes d’assainissement adéquats ». Il a annoncé que l’objectif global de développement poursuivi par la nouvelle politique sectorielle sur la période 2016-2025, est de «contribuer à l’atteinte des objectifs de développement durable visant à garantir, à l’horizon 2030, l’accès universel à l’eau potable et à l’assainissement, tout en assurant une gestion intégrée des ressources en eau», note seneweb.com.

Moctar FICOU / VivAfrik                           

Laisser un commentaire