Egypte : vers une interdiction des promenades à dos d’animaux

0

Le Ministère du Tourisme en Egypte a pris, ces dernières semaines, une grande décision pour la cause animale, celle d’interdire les promenades à dos d’animaux – dromadaires, chevaux et ânes – dans la ville de Gizeh, célèbre pour ses pyramides et ses zones archéologiques.

Face à la pression sans relâche des associations internationales et locales luttant pour la protection des droits des animaux, l’Egypte a cédé et a enfin annoncé sa prise de décision d’interdire, dans un futur proche, les promenades à dos d’animaux autour des pyramides de Gizeh et des zones archéologiques. C’est un premier pas vers le changement et une première victoire.

Dans une enquête publiée en avril 2019, PETA Asie a dévoilé des images montrant des chevaux utilisés pour transporter les touristes sur les sites de Gizeh, de Saqqarah ou de Louxor. Plusieurs y apparaissant amaigris, épuisés, présentant des blessures graves ou s’effondrant en plein chemin.

La vidéo montre également des animaux battus ou fouettés par leur propriétaire et contraints d’avancer « dans la chaleur accablante, sans accès à la nourriture, à l’eau ni à l’ombre« , affirme l’ONG à travers son enquête. Celle-ci met également en lumière le sort tout aussi peu enviable des dromadaires utilisés pour le tourisme.

Provenant pour la plupart du marché aux dromadaires de Birqash, les animaux « sont violemment frappés avec des bâtons » et sont « revendus au marché pour être abattus » lorsqu’ils ne sont plus capables de marcher, explique PETA, appelant les touristes à ne plus financer cette maltraitance.

L’Association PETA, une organisation internationale de défense des droits des animaux dans le monde, a eu un rôle très important à jouer dans cette avancée. En effet, PETA Asie a travaillé main dans la main avec des associations locales, telles que Egypt Equine Aid, mais aussi avec les membres du gouvernement.

« Il y a un peu plus d’un an, début 2019, nous avions réalisé une enquête et publié une vidéo des pires maltraitances subies par les animaux sur ces sites touristiques en Egypte. Les chevaux avaient la peau sur les os. Dans une séquence, on voit une jument, transportant des touristes, s’effondrer d’épuisement et battue jusqu’à ce qu’elle se relève. Dans un marché aux dromadaires, on y observe des animaux à la face ensanglantée, battus et fouettés », a expliqué Anissa Putois, chargée de communication PETA France, tout en ajoutant que « cette vidéo a permis de sensibiliser les touristes et également les locaux. Par conséquent, l’organisation PETA a récolté plus de 500 000 signatures, à l’internationale, demandant au Ministère du Tourisme l’arrêt de ces pratiques d’exploitation. »

Pour l’instant, l’Egypte a annoncé uniquement son « intention » d’arrêter ces pratiques, il reste encore beaucoup d’éléments à concrétiser« PETA Asie s’est entretenue avec les représentants du gouvernement du Ministère du Tourisme mais nous n’avons pas plus de précisions pour l’instant », a-t-elle ajouté. D’après PETA, les animaux seront remplacés par des voitures et des bus électriques.

Laisser un commentaire