6ème édition de la Journée mondiale des Sols : Sadie Shelton invite à combler le fossé entre le financement et les actions

0

La chargée de communication pour le programme de recherche du CGIAR sur le Changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire (CCAFS), programme phare sur le Développement à faibles émissions (LED) au Gund Institute for Environment, Sadie Shelton a appelé, le 5 décembre 2020 lors de la célébration de la 6ème édition de la Journée mondiale des Sols à combler le fossé entre le financement et les actions.   

Pour celle qui assiste parfois le professeur Lini Wollenberg dans ses tâches de recherche, des moyens innovants pour améliorer le bilan carbone des sols peuvent soutenir des actions axées sur l’investissement qui favorisent le stockage du carbone dans le sol et aider les petits exploitants à participer aux marchés du carbone.

« Le sol n’est pas une ressource renouvelable qui peut être récupérée en une ou même dix vies humaines. Il faut parfois 1 000 ans pour produire 1 cm de sol », a affirmé la chargée de communication à l’Université du Vermont.

La Journée Mondiale des Sols vise à attirer l’attention sur l’importance de sols sains et à plaider en faveur d’une gestion durable des sols. C’est à partir du sol que prennent vie la plupart des aliments, mais chaque année, de plus en plus de sols sont perdus en raison de l’expansion des villes ou se dégradent jusqu’à devenir impropres à la culture de denrées alimentaires. Le rétrécissement de la superficie et la santé des sols sont l’une des plus grandes menaces pour la sécurité alimentaire mondiale future.

En plus d’être le fondement de la chaîne alimentaire terrestre, les sols combattent le changement climatique et aident à s’y adapter en jouant un rôle important dans le cycle du carbone – en stockant le carbone ou en le piégeant. Les sols gérés de manière durable améliorent la santé des sols et, par conséquent, stockent plus de carbone et éliminent plus d’émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’atmosphère que les pratiques agricoles et forestières traditionnelles. Les sols sains ont la plus grande capacité de stockage du carbone sur les terres. Une gestion durable des sols pourrait permettre de produire jusqu’à 58 % de nourriture en plus, argue Sadie Shelton.

Une solution hors de portée

L’amélioration de la santé des sols peut améliorer la productivité agricole et la séquestration du carbone organique du sol (COS). Les options techniques et les pratiques disponibles aujourd’hui pour l’agriculture qui réduisent les émissions sont inadéquates pour atténuer la quantité d’un gigatonne d’équivalent de CO2 par an nécessaire dans le seul secteur agricole pour atteindre l’objectif de 2˚C. Il est nécessaire de mettre au point des technologies de transformation et de généraliser les pratiques d’atténuation.

La séquestration du carbone dans nos forêts, nos océans et nos sols peut contribuer dans une large mesure à la mitigation nécessaire dans le secteur agricole. Le carbone du sol, à lui seul, peut avoir des effets de mitigation égaux ou supérieurs à ceux de toutes les pratiques actuelles. Toutefois, la quantité de carbone que le sol peut stocker dépend de la santé générale du sol mais plus d’un tiers de nos sols sont en mauvaise santé.

L’amélioration de la santé des sols améliore la productivité agricole ainsi que son potentiel de séquestration de carbone dans le sol. Toutefois, malgré l’attention générale portée au niveau international, un écart important subsiste entre le potentiel de séquestration de carbone dans les sols et la mise en œuvre de pratiques sur le terrain. La communauté des investisseurs recherche activement des possibilités d’accroître son impact sur le climat, et de nombreuses organisations se demandent maintenant comment soutenir au mieux la mise en œuvre des pratiques.

Des possibilités de financement public et privé existent et se profilent à l’horizon. Toutefois, l’une des principales limites à l’investissement est le manque de méthodes permettant de prendre en compte les variations des stocks de carbone dans le sol qui répondent aux besoins des investisseurs, des chercheurs et des responsables de la mise en œuvre (par exemple, les agriculteurs). Il n’existe pas de méthode unique transparente, précise, cohérente et comparable qui fonctionne pour tout le monde partout. Les approches prometteuses combinent des outils pratiques et simples avec une modélisation spécifique au site, utilisée en tandem avec des sources de données géospatiales et la technologie des chaînes de blocs.

Prendre l’initiative de transformer l’investissement en faveur de la santé des sols

En septembre 2020, la Banque Mondiale (BM), The Nature Conservancy (TNC), le secrétariat exécutif 4 pour 1000, le programme de recherche du CGIAR pour le Changement Climatique, l’Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS) et le Meridian Institute ont organisé un webinaire et un hackathon sur le carbone dans les sols et la finance, au cours desquels un groupe d’experts a discuté de la manière dont les méthodes de comptabilisation du carbone dans les sols pourraient être améliorées pour soutenir des actions orientées vers l’investissement qui favorisent la santé des sols et le stockage du carbone. Les participants ont examiné les possibilités d’action en utilisant des méthodes émergentes et des technologies de pointe qui permettent de relier les pratiques techniques aux finances et aux politiques pour un bilan carbone précis et rentable.

Les investisseurs veulent une approche du bilan carbone des sols qui soit normalisée, précise, peu coûteuse et attrayante pour les futurs investisseurs – ce qui n’est déjà pas une tâche facile – mais elle doit également pouvoir évoluer vers les méthodologies du marché climatique à mesure que les données, la modélisation et la sophistication des systèmes de mesure, de vérification et de déclaration (MRV) s’améliorent.

Pour les experts financiers, il est essentiel qu’un système MRV fournisse ce que les investisseurs veulent, tout en apaisant leurs craintes. Les investisseurs, tout comme les chercheurs, souhaitent une méthodologie qui favorise les meilleures pratiques et donne des résultats solides. Cependant, l’innovation, la singularité, les résultats positifs et le rapport qualité-prix élevé sont plus importants pour les investisseurs que pour les chercheurs, qui accordent peut-être plus d’importance à la qualité et à la précision. Ce que les investisseurs redoutent est également différent des craintes des chercheurs et des chercheurs spécialisés dans les mesures. Les investisseurs craignent un manque de réalisation des projets ou des risques pour leur réputation d’investisseur dans le domaine du climat en raison des accusations de greenwashing ou des critiques des parties prenantes. Les chercheurs, quant à eux, craignent des réductions de financement et des risques pour leur réputation, mais aussi des critiques sur la robustesse ou l’intégrité de leurs travaux.

Des méthodes de comptabilité qui se prêtent à des compromis pour répondre à la fois aux besoins et aux craintes de toutes les parties prenantes sont nécessaires pour faire progresser les actions axées sur l’investissement qui favorisent la santé des sols et le stockage du carbone.

Contourner les obstacles à la mise en œuvre

Les marchés de crédits carbone peuvent être une forte incitation et favoriser l’expansion d’une économie, mais ils sont délicats à mettre en place. Ils exigent la vérification des résultats par des tiers à l’aide de protocoles normalisés nécessaires pour garantir des résultats crédibles. Toutefois, il existe d’autres moyens d’inciter les agriculteurs à modifier leurs pratiques, qui nécessitent des systèmes MRV moins précis ou moins sophistiqués. Les prêts ou les incitations basés sur les pratiques et les paiements basés sur la performance peuvent être utilisés comme tremplins vers un marché de crédits carbone.

L’amélioration de la précision du bilan carbone exige de réduire les incertitudes du système au fil du temps, ce qui nécessite de surmonter les obstacles liés au coût de la collecte des données, à l’accessibilité des modèles et des données existantes, et à la possibilité d’inclure les petits exploitants. Les mesures à prendre pour surmonter ces obstacles pourraient inclure :

  • – Utiliser des données provenant de la littérature scientifique examinée par des pairs pour combler les lacunes,
  • – Utiliser les activités existantes telles que la vulgarisation, la tenue de registres de gestion agricole ou les exigences de déclaration des acheteurs pour collecter des données à des fins de MRV,
  • – Utiliser des données de télédétection pour réduire les coûts de la collecte de données,
  • – Améliorer la capacité technique des projets à utiliser des modèles et les rendre plus accessibles aux experts des projets,
  • – Encourager la collaboration entre les projets et les groupes externes,
  • – Utiliser des remises sur les crédits carbone afin de rendre les transactions viables pour les petits exploitants,
  • – Utiliser des indicateurs de substitution pour les variations des stocks de SOC.

Journée mondiale des sols

Il existe un besoin urgent d’une approche normalisée, peu coûteuse et adaptée à la comptabilité SOC qui encourage l’investissement et s’adapte au marché climatique tout en étant scientifiquement solide et précise. L’adoption d’une approche hybride peut être la voie la plus efficace qui tienne compte des besoins de toutes les parties prenantes.

Cette Journée mondiale des Sols, nous alerte sur la nécessité d’agir afin assurer l’avenir de notre planète. Il est essentiel de reconnaître le rôle crucial que joue le sol dans toute vie pour transformer nos systèmes alimentaires. Le sol est une ressource non renouvelable fondamentale pour la sécurité alimentaire future et la lutte contre le changement climatique.

Le thème de la Journée mondiale des Sols pour 2020 est « Maintenons les sols vivants, protégeons la biodiversité des sols ». La campagne vise à sensibiliser les gens à l’importance de sols sains et aux conséquences de l’ignorance de nos problèmes climatiques actuels qui ont un impact sur la santé des sols. Elle aborde les défis de la gestion durable des sols, la nécessité de lutter contre la perte de la biodiversité, et encourage les décideurs politiques, les entreprises, les organisations et les communautés du monde entier à s’engager à améliorer la santé des sols. Le bien-être de toute vie sur terre et un environnement sain sont indéniablement liés.                       

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire