Pour la première fois, la pollution de l’air mise en cause dans un décès au Royaume-Uni

0

C’est la première fois que la justice britannique reconnaît le rôle de la pollution de l’air dans un décès: elle a estimé mercredi qu’elle avait « contribué » à la mort d’une fillette de neuf ans à Londres. 

La famille d’Ella Adoo-Kissi-Debrah, décédée le 15 février 2013 d’une grave crise d’asthme, espère que cette décision très attendue convaincra les autorités d’agir. 

En 2014, un an après son décès, la justice a déterminé qu’elle était morte d’une insuffisance respiratoire aiguë causée par un asthme sévère, et non à cause de la pollution.

Mais ces conclusions ont été annulées en 2019 et la tenue d’une nouvelle série d’audiences a été ordonnée en raison de nouveaux éléments scientifiques, et notamment le rapport d’un spécialiste britannique de la pollution de l’air, Stephen Holgate, en 2018.

« La pollution de l’air a constitué une contribution matérielle dans la mort d’Ella », a déclaré le « coroner » adjoint de l’arrondissement londonien de Southwark, Philip Barlow, l’agent de justice chargé de mener les deux semaines d’audiences consacrées à cette affaire.

La petite fille vivait à Lewisham, à moins de 30 mètres du South circular, une voie très empruntée du Sud londonien. 

« Au cours de sa maladie entre 2010 et 2013, elle a été exposée à des niveaux de dioxyde d’azote et de particules dépassant les directives de l’Organisation mondiale de la santé », a souligné M. Barlow. Sa mère Rosamund Adoo-Kissi-Debrah « n’a pas été informée des risques pour la santé » et n’a donc pas pris de mesures qui « auraient pu empêcher son décès », comme un déménagement.

Lors d’une conférence de presse mercredi, cette dernière s’est félicitée d’avoir obtenu « justice » pour Ella, tout en soulignant qu’elle se battait aussi pour « les autres enfants ».

Cette enseignante espère le vote d’une nouvelle loi destinée à améliorer la qualité de l’air au Royaume-Uni.

Rappelant que selon l’OMS, la pollution tue sept millions de personnes par an dans le monde, elle a regretté que le sujet ne soit « pas traité en tant qu’urgence sanitaire comme cela devrait l’être ».

Laisser un commentaire