Maroc : La ville de Tanger réclame la création d’une troisième station de traitement des eaux usées

0

Entre la ville marocaine de Tanger et les eaux usées, c‘est une vielle histoire d’amour. Mais les populations sont déterminées à mettre fin à ce partenariat qui fâche. Suffisant pour l’Observatoire pour la protection de l’environnement et des monuments historiques de Tanger, en coordination avec les associations de la société civile de la ville, de lancer une campagne de plaidoyer pour soutenir une pétition locale demandant la création d’une troisième station de traitement des eaux usées à Tanger.

En termes clairs, les signataires de cette pétition, adressée au président de la commune urbaine de Tanger, entendent inciter les décideurs à créer une troisième station d’épuration pour contribuer à augmenter la quantité d’eaux usées traitées réutilisées dans l’arrosage des espaces verts, à même de préserver l’eau potable comme ressource vitale, et de lutter contre la pollution résultant du rejet d’eaux polluées dans les fleuves et la mer.

A ce propos, l’Observatoire a expliqué que la pétition, qui s’inscrit dans le cadre de la consolidation de la démocratie participative et des rôles constitutionnels de la société civile, intervient dans un contexte marqué par l’aggravation de la situation de pénurie d’eau, compte tenu de la demande croissante en cette matière vitale, eu égard à la croissance urbaine, démographique et industrielle que connaît la ville du Détroit.

Tanger qui constitue depuis l’époque des Phéniciens un point stratégique entre l ‘Afrique et l’Europe dispose de deux stations de traitement des eaux usées, à savoir une station de prétraitement, située dans la localité de Bouknadel, d’une capacité globale de plus de 170 000 m3/jour, et une station d’épuration à Boukhalef d’une capacité de traitement ne dépassant pas 20% de la quantité de déchets liquides de la ville.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire