Le Sénégal à la quête de 13 milliards de dollars pour la mise en œuvre de la CDN

0

Le ministre Sénégalais de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall a révélé, lundi 28 décembre 2020 à Dakar, que son pays doit mobiliser près de 13 milliards de dollars pour la mise en œuvre de l’ensemble des activités programmées dans la Contribution déterminée au niveau national (CDN), une exigence de l’Accord de Paris sur le climat.   

A ce propos, le ministre de l’Environnement qui présidait un atelier national de vulgarisation de la Contribution au niveau national (CDN), au titre de l’Accord de Paris de 2015 sur les changements climatiques a laissé entendre : « il nous reste encore du chemin à faire pour mobiliser les 13 milliards de dollars nécessaires à la mise en œuvre de l’ensemble des activités programmées dans la CDN ».

Cette CDN « s’articule autour de trois piliers fondamentaux notamment l’atténuation, l’adaptation, et le transfert de technologies et le renforcement de capacités », a-t-il rappelé.

L’atténuation des gaz à effet de serre s’accompagne d’actions dont le coût total est estimé à 8,7 milliards de dollars US.

 « Ces actions promeuvent une trajectoire de développement sobre en carbone, avec un objectif de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre de 7% à 29% à l’horizon 2030, par rapport à la situation de référence de 2010 », a clarifié M. Sall.

Qui a notifié que le coût de l’adaptation aux effets des changements climatiques est estimé à 4,3 milliards de dollars US d’ici à 2030.

L’objectif principal de l’Accord de Paris est de renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique en maintenant l’augmentation de la température mondiale à moins de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter cette augmentation de la température à 1,5 °C.

« Les contributions déterminées au niveau national constituent la clé de voûte de l’Accord de Paris et le levier essentiel sur lequel la communauté internationale doit s’appuyer pour la réalisation de ses objectifs climatiques à long terme », a ajouté le ministre.

Il a rappelé l’approbation de la contribution déterminée au niveau national du Sénégal par le président de la République, lors du conseil des ministres du 9 décembre 2020.

Abdou Karim Sall a invité à « travailler ensemble en parfaite synergie pour mutualiser les moyens disponibles et définir un cadre performant de suivi évaluation pour rendre compte régulièrement au chef de l’Etat ainsi qu’aux instances habilitées des Nations Unies, des progrès accomplis et des difficultés rencontrées dans la mise en œuvre ».

Le Sénégal a fait de « grands » efforts, comparé au reste de l’Afrique, a souligné le ministre, invitant à capitaliser les expériences acquises tout en les renforçant.

A ce jour, a indiqué le ministre, 10 projets ont été approuvés par le Fonds vert pour le climat (FVC), pour un montant global de cent cinquante (150) millions de dollars US.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire