Malawi : la Banque mondiale rejette le projet d’eau potable de Lilongwe-Salima

0

La Banque mondiale exprime ses préoccupations quant à la possibilité et la pertinence du projet d’eau potable de Lilongwe-Salima censée mettre fin à la crise de l’eau dans la capitale du Malawi. Ce refus de financement est un coup dur pour l’entreprise Khato Civils qui a déjà revu son budget à la baisse. La décision de la Banque mondiale tombe comme un coup de massue pour les Malawites, surtout ceux de la capitale Lilongwe qui mettent beaucoup d’espoir sur la réalisation du projet d’eau potable de Lilongwe-Salima. La Banque mondiale qui doit apporter une partie du financement nécessaire à la mise en œuvre du projet exprime ses préoccupations quant à la faisabilité de ce projet dont l’objectif est de réduire les pénuries d’eau à Lilongwe. Selon Hugh Riddell, le directeur de la Banque mondiale pour l’Afrique orientale et australe, le projet a été présenté à la banque depuis avril 2017. Il a ensuite été discuté lors de l’assemblée annuelle de l’institution financière la même année. « Une lettre de suivi a été envoyée par la Banque mondiale le 7 novembre 2017, partageant nos préoccupations concernant la faisabilité du projet. L’équipe de la banque reste disponible pour soutenir d’autres études techniques, par le biais de notre pool mondial d’experts, s’il y a des mises à jour des détails du projet », a indiqué Hugh Riddell, dans une correspondance adressée à Chauncy Simwaka, le secrétaire au Trésor du Malawi. Dans la même correspondance, Hugh Riddell évoque le barrage de Diamphwe dont la construction permettra l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation dans la région Centrale où se trouve la capitale Lilongwe. La Banque mondiale trouve incongru d’investir pour la construction de ce barrage polyvalent et la mise en œuvre du projet d’eau potable de Lilongwe-Salima qui aura pour source le lac Malawi. La Banque mondiale estime que la mise en œuvre simultanée des deux projets pourrait entraîner un excès d’eau et une charge supplémentaire pour l’entreprise de service public locale Lilongwe Water Board (LWB), ainsi que pour le Trésor public malawite. La Banque mondiale qui reste favorable au projet demande aux autorités malawites de se contenter d’un projet pour l’approvisionnement de la capitale Lilongwe et les localités environnantes. Quoi qu’il en soit, ce refus de financement est un coup dur pour Khato Civils qui peine à ressembler des fonds pour la réalisation de son projet. L’entreprise sud-africaine a même été contrainte de revoir son budget à la baisse, soit de 400 millions à 298 millions de dollars, afrik21.africa.

Au Brésil, SUEZ remporte deux contrats pour la gestion intelligente des réseaux d’eau potable à São Paulo

SUEZ et Sabesp, la société en charge de l’eau et de l’assainissement de l’Etat de São Paulo, signent deux nouveaux contrats de performance pour réduire significativement les pertes d’eau dans les réseaux de la capitale. Le Groupe, accompagné de ses partenaires locaux, s’engage à réduire le volume d’eau perdu au cours de la distribution, permettant ainsi d’économiser environ 4 000 000 m3 d’eau chaque année. Les contrats comprennent des investissements qui s’élèvent respectivement à 6,9 millions d’euros dans le secteur de Sumaré et à 4,8 millions d’euros pour les secteurs d’Ermelino Matarazzo et de Jardim Popular. D’une durée de 5 ans, ces contrats permettront à SUEZ  de participer à hauteur de 65% et 50% au sein des consortiums de ces deux projets. La ville de São Paulo économisera ainsi 20 millions de m³ d’eau sur toute la durée des contrats, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 368 000 Brésiliens. Les principaux secteurs d’approvisionnement bénéficiaires seront d’une part Ermelino Matarazzo et Jardim Popular, desservant environ 400 000 personnes pour une économie de plus de 2.590.000 m³ d’eau par an, et d’autre part Sumaré située dans la zone ouest de São Paulo, desservant une population d’environ 223 000 personnes ainsi que le complexe Hospital das Clínicas de la faculté de médecine de l’université de São Paulo, considéré comme le plus grand complexe hospitalier d’Amérique latine, pour une économie d’eau de plus de 1,390,000 m³ par an. SUEZ et Sabesp prévoient l’optimisation de la distribution d’eau potable en intervenant sur toute la chaîne de valeur : du diagnostic à la gestion efficace de la recherche de fuites en passant par l’opérationnalité des infrastructures, notamment grâce à des mesures de contrôle de pression, de suivi actif des fuites, ou encore de rénovation. Le Groupe mettra également en place un système de simulation hydraulique pour étudier et optimiser l’approvisionnement en eau de la ville. Si la distribution d’eau potable représente un enjeu de taille pour les municipalités, les contrats de performance constituent un modèle innovant facilitant la réalisation de leurs projets de réduction des pertes en eau. Nous nous réjouissons de cette collaboration avec notre partenaire Sabesp. Grâce à notre expertise en matière de gestion et d’optimisation des réseaux d’eau, nous proposons une approche à 360° aux collectivités pour les aider à atteindre leurs objectifs environnementaux. Avec 20 millions de m3 d’eau économisés en 5 ans, ces nouveaux contrats de performance témoignent du fort engagement de SUEZ à lutter contre les pertes en eau de la ville de São Paulo pour ainsi participer à la modernisation du patrimoine brésilien, apprend-on de suez.com.

Bayonne : troisième phase des travaux d’assainissement et d’eau potable dans le secteur Delay

La phase 3 du chantier démarre sur les réseaux d’eau potable et d’assainissement de Bayonne. La Communauté d’Agglomération du Pays Basque entreprend des travaux d’assainissement et d’eau potable dans le secteur Delay à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Ils s’inscrivent dans la continuité des réalisations de l’automne 2020. Le début des travaux est prévu pour ce mois de janvier. Cette troisième phase du chantier va durer 4 mois. Elle se situe au niveau de l’avenue de l’Interne Jacques-Loëb et des rues adjacentes. Cette étape vise la mise en place d’un réseau d’eaux pluviales, le renouvellement des canalisations d’eau potable et la réhabilitation des réseaux d’assainissement du secteur. L’opération permettra la mise en conformité du réseau d’évacuation d’eau de la ville. La circulation et le stationnement des véhicules seront partiellement interdits selon l’avancée du chantier. La clinique Delay, les commerces et les établissements publics resteront toutefois accessibles. Les usagers de la route de l’avenue de l’Interne Jacques-Loëb sont invités à suivre les signalisations et les itinéraires de déviation mis en place, informe pour sa part lemoniteur.fr.

Moctar FICOU / VivAfrik  

Laisser un commentaire