La grande offensive de Joe Biden contre le réchauffement climatique

0

Le nouveau président américain qui a prêté serment le 20 janvier 2021 officialisant son entrée en fonction ne compte pas perdre du temps dans la lutte contre le changement climatique. Dès le premier jour de son mandat, Joe Biden a engagé le processus de réintégration des États-Unis dans l’Accord de Paris. Cette mesure a été suivie le 27 janvier dernier par la publication d’un décret renforçant l’engagement de l’Amérique dans la lutte contre la crise climatique.

Avant de signer ce dernier décret, le chef de l’Etat américain a laissé entendre : « nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. Nous le voyons de nos propres yeux, nous le ressentons, nous le savons au plus profond de nous-mêmes, et il est temps d’agir. »

En outre, il a souligné la nécessité de forger des partenariats internationaux pour relever ce défi. « Une démarche nationale doit aller de pair avec le leadership international des États-Unis, le but étant de renforcer de manière significative une démarche mondiale, note le président dans le décret. Ensemble, nous devons être à l’écoute de la science et à la hauteur du moment présent. »

En donnant pour instructions aux agences fédérales de collaborer avec des partenaires internationaux, le décret du président met en branle un processus visant à fixer des objectifs en matière d’émissions aux États-unis qui soient conformes à l’Accord de Paris sur le climat ; lance l’élaboration d’un plan de financement sur le thème du climat ; et confirme que le président accueillera une réunion au sommet des dirigeants sur le climat le 22 avril 2021.

Par ailleurs, le décret prévoit que les investissements fédéraux dans l’infrastructure réduiront la pollution climatique ; encourage l’élimination des subventions aux combustibles fossiles et la recherche de nouvelles possibilités d’innovation, de commercialisation et de déploiement de technologies et d’infrastructures énergétiques propres ; suspend, dans la mesure du possible, les nouvelles concessions pétrolières et gazières sur les terres publiques et dans les eaux offshore, dans l’attente du réexamen des mécanismes d’autorisation ; fixe l’objectif du doublement de la production d’énergie renouvelable issue de l’éolien offshore d’ici à 2030 ; élabore une stratégie fédérale globale d’acquisition d’électricité propre et de véhicules à émission zéro et oblige toutes les agences fédérales à accorder une haute priorité à la lutte contre le changement climatique.

De son côté, John Kerry, l’envoyé spécial du président pour le climat, a résumé l’urgence de la situation lors d’un point de presse tenu le 27 janvier 2021. « Les enjeux du changement climatique ne sauraient être plus élevés, a-t-il souligné. Le monde nous jugera à l’aune de ce que nous pouvons faire ici chez nous. »

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire