Climat : des chercheurs étudient l’influence du climat dans la croissance des forêts

0

Au lieu de mesurer la pression artérielle, prendre la température ou prendre en compte le rythme cardiaque, les signes vitaux d’une forêt sont capturés par des caractéristiques clés différentes, telles que la quantité d’azote dans les feuilles de l’arbre, la surface de la feuille ou la densité du bois. Ces « traits fonctionnels » peuvent avoir un impact sur la croissance des arbres et donc sur la réaction des forêts au changement climatique, c’est du moins ce qu’a relayé Boris Kharl Ebaka dans les colonnes du site d’information adiac-congo.com. 

Bien que les chercheurs aient commencé à essayer de comprendre ces modèles au cours des dernières décennies, des données incomplètes ont rendu difficile la compréhension de ce qui se passe précisément avec ces caractéristiques particulières. Pour aider à combler cette importante lacune en matière de connaissances, deux chercheurs, Daniel Wieczynski et le professeur Van M. Savage de l’Institut Santa Fe, (Etats-Unis), tous deux écologistes à l’Université de Californie à Los Angeles, ainsi que leurs collaborateurs, ont décidé d’analyser les données existantes issues d’études sur les caractéristiques des communautés forestières.

Ils se sont posés la question suivante : que pourrait-on révéler de ces changements à l’échelle mondiale ? « L’un des défis est qu’il faut beaucoup de données pour mesurer avec précision la diversité fonctionnelle. Notre idée était donc d’utiliser les données fonctionnelles disponibles dans les bases de données et de les associer à celles de terrain, collectées localement, ainsi qu’à des données sur l’abondance des espèces, afin de pouvoir affirmer des éléments concrets concernant les relations climat-biodiversité, ce que nous ne pouvions pas faire auparavant », a confié à adiac-congo.com Wieczynski.

Pour déterminer les conditions climatiques dans lesquelles vivent ces communautés d’arbres, les chercheurs ont également analysé la température, les précipitations, la vitesse du vent et la pression de vapeur. Cette étude est l’une des premières à examiner l’influence du climat sur les caractéristiques fonctionnelles des communautés forestières à l’échelle mondiale. Elle a permis de mettre en évidence des modifications majeures de ces caractéristiques, qui pourraient bien affecter la productivité et la composition des forêts, voire leur répartition dans le monde entier.

De plus, précise Boris Kharl Ebaka, les chercheurs ont découvert que le climat affecte neuf caractères distincts, et de différentes manières : ils ont par exemple découvert que la surface des feuilles était le plus influencée par la pression de vapeur et la température, tandis que la hauteur des arbres était principalement affectée par la variabilité de la température.

À la surprise des auteurs, deux facteurs climatiques en particulier ont eu un effet démesuré sur la diversité générale des traits observés : la variabilité de la température (et non seulement la température moyenne), et la pression de vapeur. Ils ont également découvert des preuves que les forêts sont en train de modifier leurs caractéristiques, en réponse au réchauffement climatique.

De nombreuses autres études devront être menées afin de mieux comprendre comment le changement climatique affecte les caractéristiques fonctionnelles des arbres et des forêts en général, à travers le monde. Pour les chercheurs, l’étape suivante consiste donc à continuer d’effectuer des recherches sur le terrain.

Moctar FICOU /  VivAfrik

Laisser un commentaire