Préparer le cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020

0

Après avoir clôturé la Décennie des Nations unies pour la biodiversité, les pays négocient cette année un nouveau programme décennal pour mettre un terme à la perte accélérée de la biodiversité. Ce nouveau cadre mondial global pour la biodiversité, appelé « Cadre mondial pour la biodiversité après 2020 », doit être adopté lors de la quinzième réunion de la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (COP 15 de la CDB), prévue en 2021 à Kunming, en Chine.

Un atelier de consultation des conventions relatives à la biodiversité sur le cadre mondial pour la biodiversité après 2020 a été organisé par le PNUE en coopération avec le secrétariat de la CDB et avec la participation des organes directeurs et des secrétariats des conventions relatives à la biodiversité et d’autres accords environnementaux multilatéraux. La Convention du patrimoine mondial était représentée par 4 membres du Bureau (Bahreïn, Chine, Espagne et Ouganda), ainsi que par le Centre du patrimoine mondial et l’UICN. L’objectif de la réunion était de fournir des contributions concrètes au processus en cours pour développer le cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020.

En tant que l’une des conventions liées à la biodiversité, la Convention du patrimoine mondial est idéalement placée pour contribuer au Cadre mondial pour la biodiversité, car elle apporte une contribution importante à la conservation de la biodiversité mondiale, à la coopération internationale, à la paix et à la qualité de vie sur terre.

Les principales contributions de la Convention du patrimoine mondial pour la conservation de la biodiversité et des écosystèmes aux niveaux mondial, national et des sites (y compris les sites ayant des valeurs culturelles) ont été mises en évidence dans les interventions, notamment l’amélioration de l’efficacité de la gestion des zones protégées et le renforcement des liens entre les personnes, la culture et la nature grâce aux mécanismes existants de l’UNESCO et à des travaux bilatéraux et conjoints avec d’autres conventions relatives à la biodiversité et à la culture. Afin de renforcer encore les efforts en cours et de faire en sorte que le nouveau cadre mondial pour la biodiversité soit véritablement global et pertinent pour toutes les conventions relatives à la biodiversité, l’importance de s’attaquer aux mandats des conventions a également été soulignée. Les participants à la réunion ont également rappelé la nécessité de veiller à ce que les stratégies et plans d’action nationaux en matière de biodiversité intègrent les objectifs de toutes les conventions relatives à la biodiversité et de renforcer la coopération entre les points focaux nationaux des différentes conventions.

Les membres du Bureau, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ont convenu que les résultats de la réunion de Berne II devraient être portés à l’attention du Comité du patrimoine mondial lors de sa 44e session prolongée prévue en 2021 afin d’assurer un suivi concret.

Avec whc.unesco.org

Laisser un commentaire