Energie : les émissions de CO2 rebondissent fortement, après l’accalmie historique liée au Covid

0

Au début de la pandémie de Covid-19, les confinements imposés partout dans le monde ont eu un effet très net : les émissions de CO2 liées au secteur de l’énergie ont chuté de manière historique en 2020, comme le montre un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié ce mardi. Moins de déplacements en voiture, avions cloués au sol… La demande en énergie a plongé de près de 4 % l’an dernier, ce qui a entraîné une diminution de 5,8 % des émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie, soit la plus forte baisse annuelle en pourcentage depuis la Seconde Guerre mondiale.

En volumes, cette chute des émissions de près de 2 milliards de tonnes de CO2 est « sans précédent dans l’histoire de l’humanité », indique l’agence. Pour se faire une idée de ce que représente, la suppression de toutes les émissions de l’Union européenne du total global aurait produit le même effet.

Mais progressivement, l’activité économique et les voyages reprennent. Et cette accalmie sur le front des émissions de CO2, contribuant au réchauffement mondial de la planète, risque d’être de courte durée. « Après avoir atteint un point bas en avril, les émissions mondiales ont rebondi fortement et sont passées au-dessus de leur niveau de 2019 en décembre », souligne l’AIE. Ce mois-là, les émissions du secteur énergétique étaient ainsi de 2 % – 60 millions de tonnes – supérieures à leur niveau de décembre 2019.

Le rebond du transport routier est particulièrement dynamique dans les pays émergents. Les statistiques mondiales masquent d’ailleurs, naturellement, une forte disparité selon les pays: les émissions de la Chine ont progressé de 0,8% en 2020 avec une reprise rapide de l’activité, tandis qu’elles baissaient de 10% aux États-Unis. En décembre 2020, les rejets de la Chine dépassaient de 7% leur niveau de décembre 2019.

Pour éviter que ce rebond des émissions ne se confirme, il faut engager « des changements structurels rapides dans la façon dont nous utilisons et produisons l’énergie », préconise l’AIE. L’année 2020 a tout de même envoyé quelques signaux d’espoir : de nombreux hôpitaux ou systèmes de communication ont fonctionné grâce une part beaucoup plus élevée d’énergie renouvelable, note l’agence, et le goût des consommateurs pour les véhicules électriques continue de croître.

Laisser un commentaire