Un projet d’intensification éco-soutenable de l’agriculture lancé au Sénégal

0

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, a procédé, mardi 6 avril 2021 à Diamniadio, au lancé du Projet d’intensification éco-soutenable de l’agriculture dans les Niayes (PIESAN).

D’après le Pr Moussa Baldé, le PIESAN devrait « contribuer à atteindre la sécurité alimentaire et le développement rural du Sénégal par l’adoption et le renforcement d’une agriculture durable et rentable dans la zone des Niayes ».

Pourqsuivant son speech, M. Baldé confie à l’APS qu’« il est attendu de cet ambitieux projet des résultats importants en termes de gestion durable des terres et des ressources hydriques et en termes de pratiques innovantes dans les Niayes pour l’intensification d’une l’agriculture moderne ».

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural qui s’adressait à nos confrères de l’APS lors de la cérémonie de lancement du projet, à l’auditorium de la sphère ministériel Ousmane Tanor Dieng de Diamniadio a laissé entendre que le PIESAN apportera sa contribution à l’insertion des jeunes et des femmes, à la création d’entreprises agricoles résultant de sous-projets productifs performants et au développement de services agricoles au bénéfice des populations dans les régions d’intervention.

A ce propos, il soutient qu’« avec le PIESAN, 380 femmes et jeunes des régions de Dakar, Thiès, Louga et Saint-Louis bénéficieront de sous projets individuels, et 30 organisations de producteurs seront appuyés en développement organisationnel, managérial et financier pour être plus performantes ».

Au total, près de 6 400 producteurs et productrices horticoles et forestiers, regroupés au sein de Groupements d’intérêt économique, seront touchés par le projet d’une durée de trois ans. « Ce projet cadre bien avec les priorités du ministère défini dans le Programme agricole – souveraineté alimentaire en cours d’élaboration et qui opérationnalise le PAP2A du Plan Sénégal Emergent », a-t-il ajouté dans les colonnes de l’Agence de presse sénégalaise.

Selon Moussa Baldé, l’horticulture étant l’une des filières du sous-secteur agricole en raison de sa contribution à la sécurité alimentaire, « l’originalité du PIESAN réside dans le fait qu’il intègre toute la chaîne de valeur allant de l’approvisionnement en intrants à la mise en marché des produits horticoles ».

Il est important de « soutenir le développement de la modernisation de l’organisation des producteurs en tenant compte des questions de genre dans toutes les phases de production et de commercialisation, a pour sa part relevé l’ambassadeur d’Italie, Giovanni Umberto De Vito, dont le pays soutient le projet pour 10 millions d’Euros de crédit d’aide et 360 000 euros de subvention.

A en croire le diplomate italien, cela passe par des partenariats et des synergies avec le secteur privé national et international.

A ses yeux, « il est essentiel de promouvoir l’adoption de pratiques agricoles innovantes et éco-durables pour l’intensification de la production dans l’écosystème des Niayes ».

La journée de lancement, tenue en présence des maires des communes bénéficiaires, de représentants d’organisations de producteurs, de groupements de femmes et de jeunes, a été organisée pour un large partage et une approbation du projet par tous les bénéficiaires directs et indirects et les acteurs d’accompagnement impliqués dans la mise en œuvre.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire