Selon une étude, les forêts tropicales africaines résisteraient mieux au changement climatique

0

Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences et réalisée dans six pays d’Afrique suggère que les forêts tropicales de ce continent survivraient mieux au changement climatique qu’on ne le pensait que les autres. Une bonne nouvelle… mais qui pourrait s’avérer temporaire si le niveau d’émissions de carbone relâchées dans l’atmosphère ne baisse pas.

Très importants puits de stockage de carbone, les forêts tropicales sont affectées par la conjugaison des activités humaines et des effets du climat. Sur ce dernier point, il urge de s’interroger sur l’impact du phénomène El Niño sur les forêts du monde.

Dans la foulée, les chercheurs du Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et de l’Institut français de recherche pour le développement (IRD) ont eux aussi, fait un constat intéressant. A les en croire, les forêts tropicales africaines sont véritablement mises en danger par le réchauffement climatique ainsi que par les comportements humains. Ils se sont basés sur des données répertoriant plus de six millions d’arbres répartis sur plus de 185 000 parcelles dans cinq pays : Cameroun, République centrafricaine, Gabon, Congo-Brazzaville et République démocratique du Congo (RDC).

Celles et ceux qui ont vécu en direct l’événement climatique El Niño entre 2015-2016 se souviennent probablement des intenses épisodes de chaleur qu’il a provoqué en Amérique latine et en Afrique. Mais d’après cette nouvelle recherche, les forêts tropicales d’Afrique auraient mieux survécu.

Les travaux parus dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences impliquent le suivi de 100 forêts tropicales localisées au Congo, au Gabon, au Cameroun, au Ghana, au Liberia et en République du Congo. Chacune des parcelles a été mesurée au moins deux fois avant puis une fois après l’événement El Niño.

Et les chercheurs s’accordent sur un point précis. Les forêts tropicales africaines sont plus résilientes que celles d’Amazonie. D’après les travaux, ces forêts auraient continué à éliminer environ 1,1 milliard de tonnes de dioxyde de carbone de l’atmosphère par an. Soit un taux équivalant à trois fois aux émissions de dioxyde de carbone du Royaume-Uni en 2019, indique l’étude.

« Globalement, l’absorption de dioxyde de carbone par ces forêts tropicales intactes a diminué de 36% », observe le Dr Amy Bennett, chercheur à l’école de géographie de Leeds et à la tête de cette étude. « Mais elles ont continué à fonctionner comme un puits de carbone, ralentissant ainsi le rythme du changement climatique ».

D’après les estimations de ces chercheurs, les forêts tropicales d’Afrique présenteraient une capacité de résilience supérieure à celles des forêts d’Amazonie (Amérique du Sud) et de Bornéo (Asie du Sud-Est). Si la croissance et la survie des petits arbres des forêts africaines ont été mises à mal par les vagues de chaleur extrêmes provoquées par El Niño, les plus grands arbres n’ont au contraire pratiquement pas été affectés.

Le répit sera de courte durée si les émissions de CO2 ne baissent pas, alertent les experts. « Les forêts tropicales africaines jouent un rôle important dans le cycle mondial du carbone, absorbant 1,7 milliard de tonnes de CO2 de l’atmosphère par an dans les années 2000. Découvrir qu’elles seront capables de tolérer les conditions prévues dans un avenir proche est une source d’optimisme inhabituelle dans la science du changement climatique », souligne le Dr Benett.

« La résistance des forêts tropicales africaines intactes à un peu plus de chaleur et de sécheresse que par le passé est une bonne nouvelle. Mais nous devons encore réduire rapidement les émissions de dioxyde de carbone car nos forêts ne résisteront probablement qu’à une augmentation limitée de la température de l’air », renchérit Bonaventure Sonké, professeur à l’université de Yaoundé (Cameroun) et co-auteur de la recherche.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire