Les données sur la demande future font avancer le pétrole

0

L’Agence internationale de l’énergie (AIE ou IEA en anglais) a signifié que la demande mondiale de pétrole devrait dépasser les niveaux d’avant la pandémie du Covid-19 d’ici à la fin de 2022.

Cette agence relève que les prix du pétrole commençaient la semaine par de nouveaux records notamment lundi 14 juin 2021, en écho aux prévisions encourageantes pour la demande d’or noir.

« Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 73,37 dollars à Londres, en hausse de 0,94% par rapport à la clôture de vendredi. À New York, le baril de WTI pour le mois de juillet gagnait dans le même temps 0,76%, à 71,45 dollars. Le Brent et le WTI évoluent à des niveaux records : ils ont atteint quelques instants auparavant 73,64 dollars et 71,70 dollars, une première depuis respectivement mai 2019 et octobre 2018 », a relayé l’AFP.

Les analystes avançaient lundi l’impact toujours présent des données publiées vendredi par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui prévoit dans son dernier rapport mensuel que la demande mondiale de pétrole devrait dépasser les niveaux d’avant la pandémie d’ici à la fin de 2022. Elle devrait être de 100,6 millions de barils par jour au quatrième trimestre de l’an prochain, un peu plus que le précédent pic atteint au quatrième trimestre de 2019, juste avant le début de la crise du Covid-19, a encore poursuivi l’AFP.

Ces données sont logiquement « perçues comme positives par les investisseurs », estime Naeem Aslam, d’Avatrade. La veille, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait partagé des prévisions optimistes pour cette année, tablant sur une accélération de la reprise de la demande pétrolière au cours du deuxième semestre.

Le marché doit cependant « garder à l’esprit les négociations en cours sur l’accord nucléaire entre les États-Unis et l’Iran », rappelle M. Aslam. Téhéran « est capable d’augmenter son offre de pétrole dans un laps de temps relativement court », a-t-il continué, « ce qui pourrait entraîner un recul significatif des prix mondiaux du pétrole ».

L’industrie pétrolière iranienne est soumise à embargo par les États-Unis mais une amélioration des relations entre Washington et Téhéran pourrait conduire à l’allègement de ces sanctions et donc à l’arrivée sur le marché d’un volume important d’or noir. 

Moctar FICOU / VivAfrik

Avec AFP   

Laisser un commentaire