Lutte contre la mévente des récoltes : Le Sénégal met en place une bourse des produits agricoles

0

Le ministre Sénégalais du Commerce, Aminata Assome Diatta, qui espère une solution à la commercialisation des produits agricoles a expliqué mardi 3 aout 2021 à Louga que l’Etat du Sénégal souhaite mettre en place une bourse des produits agricoles, de façon à garantir un prix aux producteurs et la disponibilité des produits aux commerçants.

Mme Diatta qui s’exprimait lors d’un Comité régional de développement (CRD), en présence des acteurs agricoles et du gouverneur de la région de Louga, El Hadji Bouya Amar a laissé entendre que  « nous avons jugé utile de nous attacher les services d’un expert pour régler définitivement la question de la commercialisation de la production agricole en mettant en place une bourse des produits agricoles. Cela nécessite deux pieds, les entrepôts et la chambre de compensation pour garantir le prix ».

Pour mettre en place une bourse des produits agricoles, il faudra aller vers « le marché à terme » qui va faciliter la mise en place d’une offre et d’une demande, a-t-elle signalé.

Poursuivant son speech, elle a renchéri : « avec le marché à terme, le producteur se garantit un prix sur le marché, de la même manière que le transformateur ou le commerçant se garantit la disponibilité d’un produit à un moment donné et à un prix déterminé ».

Le ministre du Commerce qui regrette les pertes post-récoltes et les difficultés qu’éprouvent les producteurs dans la commercialisation de leurs récoltes, a rappelé que cette situation découle des mesures incitatives prises par l’Etat pour encourager à investir dans l’agriculture.

A ce propos, Aminata Assome Diatta a soutenu qu’« il ne s’agit plus de la production de l’agriculteur traditionnel, mais nous avons des Sénégalais qui investissent dans l’agriculture et quand les produits arrivent au même moment sur le marché, les prix baissent et quand les marchés sont saturés, les producteurs ont du mal à commercialiser leurs produits ».

A cela s’ajoute, dit-elle, l’insuffisance d’infrastructures de stockage, même si le gouvernement du Sénégal a décidé de mettre à la disposition du ministère du Commerce deux milliards de francs CFA pour la construction d’entrepôts, de magasins de stockage, de chambres froides et de chambres réfrigérées pour la conservation des productions.

Concluant son intervention, elle a affirmé que « nous pensons que si nous voulons encourager nos agriculteurs, nous devons les aider à vendre avant même qu’ils ne produisent et ce travail nécessitera l’implication pleine et entière des producteurs ». 

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire