Le Sénégal lance le plan ORSEC pour faire face aux inondations, le ministre de l’Intérieur dans les zones inondées

0

Les fortes pluies qui se sont abattues sur l’ensemble du territoire sénégalais ont obligé notre pays a déclenché officiellement le plan d’Organisation des secours en cas de catastrophes (ORSEC), pour faire face aux inondations qui touchent certaines zones de la banlieue de Dakar et à l’intérieur du pays. Dimanche 22 août 2021, le ministre de l’Intérieur a effectué une visite des lieux sinistrés par une forte pluviométrie notée en fin de semaine.

Ça pourrait être le tube de l’été si les Sénégalais avaient la tête à la fête : pluies, réunions d’urgence, recasements, plan Orsec. Depuis 2005, plus de 1 000 milliards sont annoncés pour une solution définitive.

Visite qui s’est faite loin des manifestations de populations fatiguées de revivre ces inondations. Des manifestations dispersées par les forces de l’ordre.

Face à l’urgence, le ministre de l’Intérieur a annoncé la mise à disposition d’un premier lot de matériel pour aider à dégager l’eau dans les zones les plus touchées. Le ministre Antoine Félix Abdoulaye Diome liste la batterie de mesures prises dans l’immédiat.

« Les premiers moyens ont commencé à être mobilisés, sur instruction de M. le président de la République, Macky Sall. Cela a consisté à déployer sur le terrain une cinquantaine d’hydrocureurs, mais ce n’est que le début, ainsi que 150 moto-pompes. »

Il s’avère que les populations sont littéralement sous les eaux dans certains quartiers populaires de Dakar avec les fortes pluies enregistrées ces derniers jours. Keur Massar est pour la deuxième année de suite la zone la plus touchée par la stagnation des eaux de pluies. Une nouvelle fois, le président Macky Sall, au sortir d’une réunion avec son gouvernement a décidé d’avoir recours au plan Orsec pour venir en aide aux sinistrés.

Après avoir déclenché le plan d’Organisation des secours en cas de catastrophes, les autorités sénégalaises s’attèlent depuis ce week-end à une mise en œuvre rapide des opérations. Ce qui nécessite d’abord une évaluation exhaustive des urgences.

« En toute chose, et surtout lorsque c’est ainsi prévu, il faut évaluer, apprécier et prendre les mesures appropriées », conclut le ministre.

À l’issue d’une réunion avec les services concernés, le ministre de l’Intérieur a effectué une visite de terrain pour s’enquérir du démarrage des opérations. Visite mise à profit par des jeunes de la banlieue pour manifester leur grogne contre les autorités.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire