L’Afrique envisage d’utiliser les nouvelles technologies et le « Big Data » pour renforcer les contrôles portuaires et lutter contre la pêche illégale

0

Un projet pilote déploie une nouvelle technologie et des méthodes d’analyse en appui au suivi des navires dans une région où le manque de ressources ralentit les efforts de détection et de contrôle.

Dakar, Sénégal – Quatre nations africaines et une organisation régionale des pêches exploitent le potentiel des nouvelles technologies pour renforcer les contrôles portuaires et lutter contre la pêche illégale. Les organismes à but non lucratif internationaux Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking s’associent avec le Sénégal, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Kenya et le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée dans le cadre d’un projet pilote visant à fournir les données de suivi par satellite, l’appui analytique et la formation nécessaires aux autorités pour déterminer les opérations récentes d’un navire de pêche et évaluer le risque de non-conformité y étant associé. Cette collaboration permettra aux autorités portuaires et aux agents des pêches d’être mieux placés pour suivre les mouvements des navires de pêche et de transport, identifier les activités indicatrices d’un risque élevé de comportement illégal, et cibler les inspections et les contrôles là où ils sont le plus nécessaires.

« La mise en œuvre de contrôles portuaires robustes représente l’opportunité la plus avantageuse et rentable de garantir que les captures illégales n’arrivent sur aucun marché, réduisant ainsi les bénéfices que les opérateurs peuvent tirer de la pêche illégale », a déclaré Duncan Copeland, Directeur exécutif de Trygg Mat Tracking. « L’atteinte de ces objectifs exige que les évaluations des risques soient réalisées de manière très rapide afin de renseigner les décisions clés en ce qui concerne l’autorisation d’entrée au port d’un navire et le ciblage des inspections. Nous sommes très heureux d’ajouter ce nouvel axe de contrôles portuaires à notre coopération avec la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kenya, le Sénégal et le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée. Notre but est de développer ensemble les outils, les données, les routines et les capacités nécessaires à la mise en œuvre efficace de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port en Afrique de l’Est et de l’Ouest. »

Des représentants des quatre pays partenaires, des experts régionaux, le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée, Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking tiendront la première réunion du Groupe de pilotage du projet les 9 et 10 novembre 2021, organisée par la Direction de la Protection et de la Surveillance des pêches du Sénégal dans la ville côtière sénégalaise de Saly. Les participants discuteront des défis et des opportunités entourant la mise en œuvre de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port — une initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) conçue pour contrecarrer et prévenir la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN) — et des moyens d’utiliser les technologies émergentes pour renforcer les contrôles portuaires. La pêche illégale en Afrique de l’Est et de l’Ouest est une problématique bien documentée qui implique des navires du monde entier. Les ports sont souvent le dernier point de contrôle où le poisson peut être clairement associé au navire qui l’a capturé, et ils constituent donc une des opportunités les plus avantageuses et rentables d’identifier et de contrecarrer la pêche illégale.

« Nous sommes heureux de fournir ce soutien au Sénégal, au Ghana, à la Côte d’Ivoire, au Kenya et au Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée alors qu’ils réalisent un pas en avant pour résoudre le grave problème de la pêche illégale, non déclarée et non réglementée en Afrique », a déclaré Tony Long, Directeur général de Global Fishing Watch. « Les nations africaines sont conscientes de la menace sérieuse que les activités illégales au large de leurs côtes représentent pour leurs moyens de subsistance et leur sécurité alimentaire. Le soutien reçu jusqu’ici dans le cadre de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port est prometteur, et revêt une importance particulière parmi les États côtiers du continent africain depuis l’entrée en vigueur de l’Accord en 2016. De plus, grâce à des technologies faciles d’accès et une formation adéquate pour les utiliser, les États africains sont en meilleure position de défendre leurs pêcheries pour les générations à venir. »

Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking présenteront Vessel Viewer, un nouvel outil d’analyse de l’historique des navires de pêche développé par les deux organismes. Cet outil sert à fournir des informations sur l’identité des navires, les activités de pêche, les visites au port et les transbordements. Vessel Viewer permet aux utilisateurs d’identifier et de recouper les informations pertinentes, manquantes ou fausses sur un navire donné et ses opérations de pêche, afin de renseigner les prises de décisions et la planification opérationnelle en fonction des risques évalués.

En plus de ce nouvel outil, le projet pilote comprend plusieurs autres domaines de coopération entre les pays pilotes, Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking :

● Évaluation des risques portuaires : Examen des activités portuaires dans les pays partenaires pour déterminer le risque que les ports soient des points d’entrée pour les produits de la mer illégaux, sur la base de l’analyse des données provenant des systèmes d’identification automatique et d’autres informations de suivi concernant les navires de pêche et les navires de transport. Les autorités peuvent utiliser les résultats de ces analyses pour décider quels navires présentent le risque le plus élevé et devraient donc être inspectés en priorité, contribuant ainsi à tirer le meilleur profit de ressources limitées.

● Demande préalable d’entrée au port (DPEP) : Dans le cadre des obligations des États en vertu de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port, tous les navires de pêche battant pavillon étranger cherchant à entrer dans un port et à débarquer leurs captures doivent en faire la demande 72 heures à l’avance et, en parallèle, mettre les détails de leur voyage, de leur navire et de leurs activités à la disposition des autorités. Le projet pilote fournira des renseignements sur les navires et leurs opérations de pêche pouvant être utilisés par les autorités dans le but de soutenir les procédures relatives aux DPEP, et pour prendre des décisions opportunes et judicieuses en matière d’autorisations d’entrée au port et d’optimisation de capacités d’inspection limitées.

● Renforcement des capacités et analyses : Les pays partenaires recevront une formation portant sur Vessel Viewer, les évaluations des risques et les meilleures pratiques concernant la prise de décision dans le cadre des autorisations d’entrée au port et des processus d’inspection associés. Ces pays ont la possibilité de demander un soutien d’analyse dans le cadre de navires à haut risque et dans les cas où une activité de pêche INN probable est identifiée. Global Fishing Watch et Trygg Mat Tracking appuieront les enquêtes des autorités en fournissant des données et en réalisant des analyses.

« Au moment même où le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée cherche à consolider et à maximiser les accomplissements de la coopération sous-régionale dans la lutte contre la pêche INN et en matière de sécurité maritime, nous nous félicitons du soutien de Global Fishing Watch et de Trygg Mat Tracking dans ce projet pilote qui vise à soutenir nos États membres, le Ghana et la Côte d’Ivoire, dans la mise en œuvre de l’Accord relatif aux mesures du ressort de l’État du port », a déclaré Séraphin Dedi, Secrétaire général du Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée. « Le succès de ce programme aidera le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée à adopter cette méthodologie afin de mettre en place un régime d’inspection harmonisé pour les pêcheries et les navires dans les ports de cette région. »

Le projet pilote est soutenu par la Gordon and Betty Moore Foundation, la Oak Foundation et la Norad.

A propos de Global Fishing Watch

Global Fishing Watch est un organisme à but non lucratif international dédié à l’avancement de la gouvernance des océans grâce à une transparence accrue de l’activité humaine en mer. En créant et en partageant publiquement des visualisations cartographiques, des données et des outils d’analyse, nous visons à favoriser la recherche scientifique et à transformer la façon dont notre océan est géré. Nous pensons que l’activité humaine en mer devrait être portée à la connaissance du public afin de protéger l’océan mondial pour le bien commun de tous.

A propos de Trygg Mat Tracking

Trygg Mat Tracking (TMT) est un organisme à but non lucratif norvégien qui fournit des renseignements sur les pêches, des analyses et un renforcement des capacités aux autorités nationales des pêches et aux organisations internationales dans le but de réduire la pêche illégale et de favoriser des progrès en matière de gouvernance des océans au sens large.

A propos du CPCO

Le Comité des Pêches du Centre-Ouest du Golfe de Guinée (CPCO) est un organisme intergouvernemental créé en 2007, doté d’un secrétariat hébergé à Tema, au Ghana. Le CPCO facilite la coopération en matière de gestion des pêches entre ses pays membres : le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigéria. Les pays possèdent plusieurs stocks halieutiques partagés et ont identifié un besoin de coopération et de gestion conjointe de ces ressources. Le Centre régional de suivi, de contrôle et de surveillance du CPCO fournit un mécanisme efficient pour soutenir la coopération opérationnelle, améliorer la communication et renforcer les capacités régionales dans le but de mettre fin à la pêche illégale.    

Laisser un commentaire