La Suède subventionne l’adaptation au changement climatique dans une province de l’Est du Rwanda

0

Les gouvernements du Rwanda et de la Suède s’engagent à renforcer la résilience des communautés vivant dans la province orientale du Rwanda et victimes des impacts du changement climatique. Au Rwanda, le changement climatique a entraîné des sécheresses plus longues qui commencent à impacter l’agriculture locale. Selon une étude du Fonds international de développement agricole, la situation est susceptible d’affecter la production des cultures vivrières.

Pour inverser la tendance, la Suède a accordé au Rwanda une subvention de 8,5 millions de dollars dans le dessein de financer l’adaptation de la province de l’Est. L’accord a été signé par Uzziel Ndagijimana, ministre rwandais des Finances, et Johanna Teague, l’ambassadrice de la Suède près le Rwanda.

« Le ministère de l’Environnement veut planter des forêts naturelles dans la région, afin de réduire la vulnérabilité au changement climatique. D’une durée de six ans, le projet contribuera entre autres, à restaurer et à maintenir la biodiversité dans les forêts naturelles protégées et à établir de nouveaux sanctuaires de biodiversité », ont expliqué les autorités qui précisent que les fonds seront destinés à un projet visant à protéger la biodiversité locale contre les effets du changement climatique, grâce au reboisement.

« Les plants qui seront utilisés seront acquis dans d’autres forêts naturelles du pays. Nous les planterons sur 400 km près des rivières et des lacs, et sur 500 km près des routes. Nous allons restaurer 8000 ha dans la province de l’Est, afin d’augmenter les terres pour les activités agricoles où les arbres seront plantés à côté des cultures », a laissé entendre Jeanne d’Arc Mujawamariya, ministre rwandaise de l’Environnement.

Pour sa part, la plateforme Climate Expert a expliqué que le changement climatique menace l’agriculture rwandaise. Les prévisions du pays annoncent des pluies plus intenses et l’augmentation de la fréquence des inondations et des glissements de terrain.

De manière globale, les températures moyennes pourraient augmenter jusqu’à 2,5°C d’ici 2050 et jusqu’à 4°C d’ici à 2080. Pour les éviter, le pays a lancé de nombreux projets d’adaptation. Seul pays africain à avoir fourni en 2020, comme requis, sa contribution nationale déterminée actualisée aux Nations unies, le Rwanda est accompagné par de nombreux fonds sur ses projets climatiques.

Moctar FICOU / VivAfrik