Maroc : Vers la création d’une infrastructure GNL dans le port de Mohammedia

0

Les autorités marocaines envisagent de mettre en place une infrastructure de Gaz naturel liquéfié (GNL) et d’une unité flottante de stockage et de regazéification dans le port de Mohammedia. C’est du moins ce qu’a indiqué l’agence portuaire. Suffisant pour l’Agence nationale des ports du Maroc (ANP) de lancer un appel d’offres pour une étude concernant la mise en place de ce projet. La date limite de soumission des offres est fixée au 25 janvier 2021.

L’étude doit être livrée dans un délai de sept mois et se compose de plusieurs sous-missions axées sur différents aspects tels que l’analyse des données, la sécurité, l’amarrage et la conception préliminaire.

Selon les médias locaux, le port de Mohammedia a été choisi pour accueillir le premier terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) du Maroc, équipé d’une unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU).

La ministre Marocaine de l’énergie, Leila Benali avait confié aux députés que son ministère envisageait la mise en place d’une infrastructure GNL et le lancement d’un FSRU qui fournirait au pays tous ses besoins en gaz.

Rappelons qu’Aziz Rabbah, ancien ministre du transport et de l’équipement, a lancé en avril dernier le premier appel d’offres pour la construction d’une unité capable de transformer le gaz liquéfié en gaz naturel au large des côtes marocaines. Le projet vise à créer une alternative pour que le Maroc importe du GNL par voie maritime.

Le Maroc avait l’habitude de compter sur l’Algérie pour la plupart de ses besoins en gaz jusqu’à ce que cette dernière décide unilatéralement d’arrêter le flux de gaz à travers le gazoduc en octobre 2021 dans une série de mesures hostiles.

Le ministère marocain de la transition énergétique a annoncé la prolongation de la durée de l’appel d’offres relatif à la construction d’une station de transformation du gaz naturel en gaz liquéfié au large des côtes marocaines.

De nombreuses entreprises internationales ont manifesté leur intérêt pour l’appel d’offres, comme la société britannique Sound Energy qui a obtenu le 29 décembre 2021 des accords conditionnels contraignants pour un financement de 167 millions de dirhams (18 millions de dollars) pour la première phase de Tenderer LNG au Maroc.

Benali a également déclaré que la consommation de gaz du Maroc passerait de 1 milliard de mètres cubes en 2021 à 3 milliards de mètres cubes en 2040. La production nationale de gaz du Maroc devrait s’élever à 110 millions de mètres cubes cette année, mais des perspectives prometteuses attendent le pays avec les puits fructueux découverts par les sociétés britanniques Sound Energy, Chariot et Sdx energy à travers le pays.

Pour rappel, le Maroc a revu à la hausse ses objectifs en matière d’énergies renouvelables, à savoir 70 % du mix énergétique d’ici à 2040 et 80 % d’ici à 2080, afin d’atteindre ses objectifs de réduction des émissions de carbone.

Les autorités marocaines considèrent le GNL comme une source d’énergie propre adaptée à la transition sans carbone. Aujourd’hui, après que l’Algérie a cessé de fournir du gaz au Maroc, le Royaume a mis en œuvre une série de moyens alternatifs pour sécuriser ses sources d’énergie.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire