La BAD octroie 47 millions de dollars au Mozambique pour le développement de la zone spéciale agro-industrielle de Pemba-Lichinga

0

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 6 janvier 2022 à Abidjan, une subvention de 47,09 millions de dollars au Mozambique pour le financement de la première phase de la zone spéciale de transformation agro-industrielle du corridor de développement intégré de Pemba-Lichinga.

Selon un communiqué de la BAD publié à cet effet, cet appui issu du Fonds africain de développement contribuera à améliorer la productivité agricole et le développement du secteur agro-industriel dans la province de Niassa (nord du pays) en renforçant les capacités institutionnelles, les compétences et l’entrepreneuriat afin de stimuler la croissance de la chaîne de valeur agricole.

« Le projet permettra d’améliorer la coordination des politiques et du développement entre la province de Niassa et les départements nationaux, en particulier avec le ministère de l’Industrie et du Commerce et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural », lit-on dans le document officiel de la BAD.

Qui relève que les zones spéciales de transformation agro-industrielle (SAPZ) sont des initiatives de développement intégré conçues pour concentrer les activités de transformation agro-industrielle dans des zones à fort potentiel agricole afin de stimuler la productivité, d’intégrer la production, la transformation et la commercialisation de certains produits de base. Ces zones permettront aux exploitants agricoles, aux entreprises de transformation, aux agrégateurs et aux distributeurs d’opérer dans le même périmètre afin de réduire les coûts de transaction et de mutualiser les services de développement commercial pour accroître la productivité et la compétitivité. Associées à la mise en place d’infrastructures adéquates (énergie, eau, routes, TIC, etc) dans les zones rurales à fort potentiel agricole, les zones spéciales attireront des investissements d’agro-industriels et entrepreneurs privés qui contribueront au développement économique et social des zones rurales.

Cette initiative s’inscrit, selon le Groupe de la Banque africaine de développement, dans le cadre de la stratégie nationale de développement du Mozambique pour la période 2015-2035, qui vise à améliorer les conditions de vie des populations grâce à la transformation structurelle de l’économie ainsi qu’à l’expansion et à la diversification de la base de production. Elle est en phase avec les efforts concertés de la communauté internationale pour aider le Mozambique à promouvoir une croissance économique inclusive et la consolidation de la paix dans le nord du pays.

Le projet est également en adéquation avec le Document de stratégie-pays 2018-2022 de la Banque africaine de développement pour le Mozambique, en mettant un accent particulier sur les provinces du nord, et avec l’une des cinq priorités stratégiques (« High 5 ») de la banque, « Nourrir l’Afrique », qui œuvre à la transformation de l’agriculture, a détaillé le texte.

Carlos Mesquita, ministre mozambicain de l’Industrie et du Commerce, a déclaré, dans des propos rendus publics par le document, à propos de l’approbation du Conseil d’administration de la Banque, que le projet allait « changer la donne » et transformer l’économie, promouvoir l’inclusion sociale et favoriser la paix en agissant sur des facteurs déterminants pour l’industrie, tels que les infrastructures de développement.

De son côté, Cesar Augusto Mba Abogo, directeur pays de la Banque africaine de développement pour le Mozambique, a souligné l’importance des zones spéciales en tant qu’installations partagées permettant aux exploitants agricoles, aux entreprises de transformation, aux agrégateurs et aux distributeurs d’opérer dans le même périmètre afin de réduire les coûts de transaction, de mutualiser les services de développement commercial et d’accroître la productivité et la compétitivité. « Les zones spéciales de transformation agro-industrielle sont à même de promouvoir la participation des petits producteurs aux chaînes de valeur et à la création de valeur ajoutée, offrant ainsi un modèle de développement inclusif », a-t-il déclaré.

Ce projet s’appuiera sur une longue liste d’interventions de la Banque africaine de développement dans le nord du Mozambique pour fournir des infrastructures et libérer le potentiel agricole du corridor d’accueil. Les projets les plus récents financés par la Banque africaine de développement sont les routes N13 Cuamba-Muíta et N14 Montepuez-Ruaca, qui relient les provinces de Cabo Delgado et de Niassa.  

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire