9ème Forum mondial de l’eau : Les artistes sénégalais initient le Festi-Eau pour sensibiliser les populations

0

Les frères Guissé, à travers le Festi’Eau sont à pied d’œuvre pour faire entendre la voix du Sénégal à l’occasion du 9ème Forum mondial de l’eau  prévu du 21 au 26 mars 2022 à Dakar, la capitale sénégalaise. Après 15 ans d’activités dans le cadre de l’environnement et du maintien des écosystèmes, les frères Guissé comptent contribuer aussi à la réussite de ce Forum.

En prélude à cette activité importante pour le Sénégal et pour l’Afrique dans la gestion de l’eau qui peut être source de paix comme parfois aussi, source de conflits, l’initiative dénommée Festi’Eau veut apporter sa touche de sensibilisation à travers l’aspect culturel et éducatif mais surtout de partager avec les jeunes et autres acteurs les enjeux de ce forum pour faire entendre la voix de l’Afrique sur les questions liées à l’eau et à l’assainissement.

C’est ainsi que les Frères Guissé, voulant une réussite de cet événement, vont constituer des vecteurs et promoteurs de ce projet à travers le Festi’Eau. Ainsi, pour venir en aide au gouvernement du Sénégal, les frères Guissé ont mis en place le Festi’Eau pour sensibiliser les populations locales à s’approprier ce Forum.

Rappelons qu’après avoir mis en œuvre, depuis 15 ans, le Festi’Vert dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques, ces artistes ont décidé cette année, grâce à la tenue 9ème du Forum mondial de l’eau dans notre pays, d’initier le Festi’Eau.

« Cette initiative est une occasion de venir en appoint aux efforts du gouvernement pour sensibiliser les populations locales afin qu’elles puissent s’approprier ce forum ». Dans ce festival, renseigne-t-il, « seuls les problèmes de l’eau seront traités et y trouveront des solutions ». « Mais aussi, tout ce que l’eau peut nous apporter sera de mise », a expliqué Djiby Guissé, membre fondateur du Festi’Eau et directeur artistique dudit festival.

L’artiste a renchéri en outre que, « les gens ne doivent pas oublier que l’eau peut être source de développement, comme elle peut également être source de conflit ».

Suffisant pour lui d’interpeller les acteurs pour trouver des solutions afin que les riverains qui vivent autour de l’eau puissent travailler en synergie pour la gestion du liquide précieux. Car, précise Djiby Guissé, « l’eau se gère ». « L’eau est indispensable et inévitable pour la vie humaine. Donc, il faut que les populations puissent avoir accès à l’eau, à travers des formations, de la sensibilisation et de l’éducation citoyenne », a déclaré le directeur artistique du festival. A l’en croire, la pertinence de cette initiative fait la particularité de cette édition.

« L’eau est vitale, mais c’est une ressource limitée. Nous devons travailler à faire de ce liquide source de vie, un facteur de paix et éviter, partout autant que possible, qu’elle soit un facteur conflictogène », a confié le Secrétaire exécutif et Co-président du Comité préparatoire de l’organisation du 9ème Forum mondial de l’eau, Abdoulaye Sène. Poursuivant son allocution, M. Sène a laissé entendre que « ce Festi’Eau, nous voulons qu’il soit un pilier de la mobilisation en direction du 9ème Forum mondiale de l’eau, car elle est au cœur de notre préoccupation ».

Rappelons que le 9ème Forum mondial de l’eau a été reporté d’une année à cause de la propagation de la pandémie du Covid-19. « Nous savons qu’aujourd’hui plus qu’hier l’eau est indispensable pour lutter contre les maladies et assurer l’autosuffisance alimentaire au moment où les cargos et les bateaux étaient bloqués, on a compris l’importance de l’eau », a affirmé le Secrétaire exécutif du 9ème Forum mondial de l’eau.

Qui a fait valoir que le report de cet événement a permis au comité d’organisation de mettre à profit ce temps pour renforcer les consultations à l’échelle mondiale, mais aussi intégrer les nouveaux enjeux qui émanent de la pandémie.

Concluant son speech, il relève que « le comité d’organisation va travailler pour faire de ce Forum un modèle de réussite afin de répondre non seulement aux attentes des populations, tout en prenant en charge les défis de l’homme, mais de la nature. Ce qui permettra de lancer, à la sortie dudit Forum, des initiatives pour accélérer l’accès universel à l’eau et à l’assainissement ».

Moctar FICOU / VivAfrik