L’OIM forme les acteurs étatiques et non étatiques pour la réintégration des migrants de retour au Mali

0

Un communiqué officiel de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publié le 14 mars 2022 au Mali renseigne que l’organisation onusienne a initié les 7 et 8 mars 2022 à Bamako, un atelier de renforcement des capacités des acteurs internationaux, nationaux et locaux, sur la réintégration des migrants. Les échanges ont permis à plusieurs représentants d’organes étatiques et non étatiques de se familiariser avec la méthode de l’OIM en la matière. Dans l’exercice de son mandat, l’OIM traite la question de la réintégration des migrants suivant une approche intégrée. Un savoir-faire que l’Organisation a décidé de partager avec ses partenaires au Mali.

Pour le chef de mission de l’OIM Mali, Pascal Reyntjens, « les efforts de réintégration au Mali ont été principalement orientés vers le soutien au niveau individuel. Cet atelier a donc voulu mettre en exergue l’approche intégrée de l’OIM, avec un accent particulier sur le niveau communautaire ». Sur le terrain, a-t-il poursuivi, l’OIM soutient les efforts du gouvernement du Mali dans la réintégration durable des migrants de retour.

Le texte précise qu’en étroite coopération avec les acteurs étatiques et non étatiques, l’Organisation fournit une assistance aux migrants qui rentrent chez eux, afin de les aider à recommencer leur vie dans leur pays d’origine. Cette aide se matérialise à travers la fourniture de formations professionnelles qualifiantes, l’organisation de sessions de renforcement des capacités sur la gestion simplifiée et le financement d’activités génératrices de revenus à travers la dotation en kits et en matériel. Ce soutien est bénéfique à la fois aux migrants et à leurs communautés, avec des impacts sur le développement local et certains moteurs de la migration irrégulière.

Afin d’assurer la durabilité de ses interventions de réintégration des migrants de retour, l’OIM travaille avec les Organisations non gouvernementales (ONG) et les autorités locales, dans la mise en œuvre des projets de réintégration, dont la contribution est indispensable à la réussite du processus. Sur base des discussions tenues lors de l’atelier de Bamako, la proposition de la constitution d’un réseau national, entre différents acteurs et parties prenantes sur la problématique de la réintégration, fera l’objet d’un appui technique ultérieur de l’OIM, peut-on lire dans le document.

Rappelons qu’entre 2017 et 2021, plus de 18 600 migrants maliens de retour, sur les 25 600 enregistrés ont déjà bénéficié d’une aide à la réintégration, dans le cadre de l’Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants en Afrique, soutenue par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne.

Moctar FICOU / VivAfrik