« La santé des océans, enjeu de développement durable des pays du littoral ouest-africain » au menu du 10ème Forum du PRCM

0

Renforcer la prise de conscience des parties prenantes sur les valeurs économiques, sociales et écologiques des écosystèmes océaniques et de la biodiversité et de les amener à agir efficacement en vue d’une gestion durables des ressources des océans et des mers de la région d’Afrique de l’ouest mais aussi renforcer le partenariat et la coopération entre les acteurs de la zone marine et côtière ouest-africaine.

Tel est l’objectif majeur de la 10ème édition du Forum côtier et marin qui se tient du 29 mars au 1er avril 2022 à Saly Portudal, département de Mbour, région de Thiès (Sénégal) sous le thème : « La santé des océans, enjeu de développement durable des pays du littoral ouest africain », initié par le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine ouest africaine (PRCM).

« Cette événement de haute portée constitue un cadre de dialogue directs autour des problématiques de la zone marine et côtière oust-africaine entre les acteurs issus des institutions gouvernementales, des organisations internationales et communautaires, des parlementaires nationaux, du secteur privé, de la société civile environnementale, des organisations professionnelles, des centres de recherches, des médias, et bien d’autres, a indiqué le PRCM dans un document transmis à la presse.

Réunissant tous les ans entre 250 et 300 acteurs dans l’une des capitales des pays de l’espace PRCM, le Forum qui donne l’opportunité d’instaurer une large concertation sur les enjeux cruciaux de la conservation pour parvenir à des consensus forts, a plusieurs sous-thèmes qui seront abordés à travers les conférences des leaders et les cafés d’échanges au cours de ces trois jours de travaux. Ils portent entre autre sur la résilience des écosystèmes et des communautés côtières face aux changements climatiques, la protection des espèces et des écosystèmes, la bonne gouvernance des ressources marines, les financements durables de la conservation, etc.             

Venu présider la cérémonie d’ouverture de ce Forum, le ministre Sénégalais de l’Environnement et du Développement durable qui s’exprimait en présence de son homologue Bissau-guinéen de l’Environnement et de la Biodiversité, Viriato Lius Soares Cassama a assuré que l’objectif est de conserver et d’exploiter durablement les océans.

« La communauté internationale s’engage, à travers l’Objectif de développement durable N°14 (ODD14) à conserver et à exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines. Sur le plan régional africain, la politique de gestion intégrée des océans, prise en charge par la convention d’Abidjan en cours de développement, préconise une vision fondée sur l’océan propre et saint au bénéfice des générations présentes et futures de la région », a laissé entendre Abdou Karim Sall.  

Selon lui, la question de la santé des océans en Afrique de l’ouest retient l’attention des décideurs. A cet effet, tous les acteurs de l’espace du PRCM (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Sierra Leone, Cap Vert et Bénin) doivent être conscientisés sur les valeurs des écosystèmes océaniques et de biodiversité afin de les amener à convenir d’une vision commune pour leur gestion durable.

« Actuellement, les océans sont victimes d’agressions multiples dont les impacts limitent, voire dégradent, leurs capacités à fournir les services écosystémiques dont nous avons besoin. Pollution, surpêche, destruction des habitats, acidification, etc. sont autant de menaces qui affectent la santé des océans et diminuent leurs capacités d’atténuation des effets du changement climatique qui mettent en péril la sécurité alimentaire et l’économie des populations côtières », renchérit le maire de la commune de Mbao.

Poursuivant son allocution, l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) invite la communauté ouest-africaine à une cogestion de la côte et des océans. Cela devra nécessairement passer par un développement de partenariats solides et dynamiques aux fins de mettre en évidence les causes et les incidences de la dégradation des océans et de leurs ressources à travers des informations et des données fiables ; de mutualiser les ressources et moyens ; de conduire des initiatives innovantes visant à conserver et à exploiter, de manière durable les océans, les mers et leurs ressources ; et de vulgariser les pratiques réussies en matière de conservation du littoral.

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable a, enfin exhorté les acteurs et les partenaires de la conservation marine et côtière à identifier les défis émergents et à redéfinir les priorités en vue d’une meilleure gestion durable des océans en Afrique de l’ouest.

« J’exhorte les acteurs et les partenaires de la conservation de la zone marine et côtière, à identifier les défis majeurs émergents et à redéfinir les priorités d’actions en vue d’améliorer la gestion durable des océans en Afrique de l’Ouest », a-t-il notamment plaidé.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire