La RDC invitée accélérer le processus devant conduire aux diverses réformes nécessaires à l’assainissement total du secteur forestier

0

Un communiqué officiel du Groupe inter-bailleurs de l’environnement et climat (GIBEC) publié vendredi 15 avril 2022 à Kinshasa invite le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) à accélérer le processus devant conduire aux diverses réformes nécessaires à l’assainissement total du secteur forestier, et à la promotion d’une gestion durable et transparente des ressources forestières et autres ressources naturelles du pays.

La présidence tournante du GIBEC est, en ce moment, assurée par l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas. Parmi les autres membres du groupe, on compte tous les bailleurs de fonds du secteur de l’environnement et climat, notamment : Union Européenne (UE), Etats-Unis d’Amérique, France, Belgique, Norvège, Pays-Bas, Allemagne, Japon, Grande Bretagne, Suède, Banque Mondiale, CAFI, PNUD,  KFW, USAID, Fonds Okapi, GIZ, FAO, JICA, AFD, US Forest Service et ENABEL.

« Le GIBEC se félicite de la publication dudit rapport qui, malheureusement, atteste la crainte de certaines parties prenantes, notamment sur le non-respect du moratoire instauré afin d’assainir le secteur des forêts en République Démocratique du Congo (RDC) », lit-on dans le communiqué qui renseigne que cette sortie médiatique du GIBEC fait suite à la publication du rapport de l’audit du secteur forestier par l’Inspection générale des finances (IGF). 

Selon le texte, le GIBEC voudrait saisir cette opportunité pour rassurer le gouvernement de la République démocratique du Congo, de la détermination de l’ensemble de ses membres à soutenir les efforts du gouvernement visant à assainir le secteur forestier, en vue de le rendre plus efficient et plus compétitif et à même de contribuer de manière plus significative au développement économique et social du pays.

Le document ajoute ainsi que « le Groupe Inter-bailleurs de l’Environnement et Climat œuvrant en RDC se dit disposé à accompagner la réalisation de la requête faite par le Président de la République au Conseil des Ministres du 1er avril 2022 ».

Le chef de l’Etat avait, lors du 47ème conseil du 1er avril 2022, demandé à la vice-premier ministre en charge de l’Environnement en collaboration avec les ministères sectoriels et les Institutions impliquées dans la gouvernance climatique, à rédiger un rapport exhaustif sur l’état d’avancement du processus pays et à présenter, dans la quinzaine en Conseil des ministres, les défis et les prochaines étapes.

Par ailleurs, le texte relève que GIBEC est un cadre d’échange d’information et de concertation entre bailleurs de fonds et autres partenaires techniques intervenant dans la thématique de l’environnement et climat en RDC.

Moctar FICOU / VivAfrik