La BAD accompagne le Botswana dans la diversification de l’économie dans le cadre du DSP 2022-2026

0

L’objectif principal que s’est assigné le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), à travers le Document de stratégie pays 2022-2026 (DSP 2022-2026) est d’accompagner le Botswana dans son ambition de diversifier son économie et accélérer sa transformation structurelle en vue d’assoir une croissance durable et inclusive.

Approuvé en mars 2022 par les Conseils d’administration du Groupe de la Banque, le Document de stratégie pays fixe deux domaines d’intervention pour les quatre prochaines années : renforcer la résilience économique à travers le soutien à la gouvernance économique et au développement du secteur privé ; et développer les infrastructures de qualité pour accroître la compétitivité et la productivité, a indiqué la BAD dans son site internet.

Selon la même, dans le cadre du premier domaine prioritaire, le Groupe de la Banque africaine de développement continuera de soutenir les réformes clés visant à améliorer la performance budgétaire, renforcer les systèmes de gestion des finances publiques du pays et accroître l’efficacité du secteur public. Le Groupe de la Banque appuiera, en outre, les efforts en cours pour renforcer la participation du secteur privé à l’activité économique par le biais de réformes réglementaires et de partenariats public-privé. La Banque va aussi étendre son soutien aux petites et moyennes entreprises en s’attaquant aux blocages existants, comme le manque d’accès aux financements, afin de stimuler la participation des femmes aux activités économiques à forte valeur ajoutée.

Les effets attendus de la mise en œuvre du Document de stratégie pays, comprennent notamment la hausse des investissements privés dans le produit intérieur brut du pays qui passera de 24,4% en 2019 à 27,4% en 2023. Il est également attendu une contraction du ratio déficit budgétaire/PIB de 8,4% en 2020-2021 à 4,8% en 2022-2023, l’augmentation de la contribution du secteur réel au PIB (+5% en 2023 contre 2,1% en 2020). Le pays devrait aussi enregistrer une hausse de la capitalisation boursière des entreprises nationales, de 3,1 milliards de dollars américains à 3,6 milliards de dollars ainsi qu’une augmentation du nombre d’entreprises détenues ou dirigées par des femmes de trois en 2020 à plus de 30 en 2023.

Quant au second domaine prioritaire, il consistera à soutenir la croissance et la création d’emplois, tirées par le secteur privé grâce à des projets d’infrastructure favorisant la croissance, a fait valoir le site officiel de la Banque africaine de développement.

La Banque prévoit à cet effet de privilégier les projets d’infrastructures qui accroissent la capacité de production du Botswana. Dans la mesure où, l’amélioration de l’environnement économique, la modernisation des infrastructures et la gestion efficiente des frontières revêtent une importance primordiale si le Botswana doit accéder aux marchés régionaux, précise le document.

Dans le secteur de l’énergie, informe-t-on dans le site, le Groupe de la Banque soutiendra les cadres politiques, réglementaires et institutionnels pour la production d’énergie renouvelable, ainsi que l’élaboration par le pays de sa stratégie à faible émission de carbone et de résilience climatique.

Le Groupe de la Banque soutiendra également l’élargissement de l’approvisionnement en eau pour les ménages, l’industrie et l’agriculture.

Les résultats attendus sur ce chapitre se présenteront sous la forme d’une part plus élevée d’énergies renouvelables abordables dans l’approvisionnement total du pays en énergie (+15% contre 1% actuellement). Il est aussi attendu une réduction de 15% du temps de trajet routier ; la baisse du coût mensuel moyen d’exploitation des véhicules de 0,23 dollar par kilomètre à 0,18 dollar ; et l’augmentation de l’utilisation des effluents d’eaux usées, de 20% à 28%, a conclu le site officiel.

Moctar FICOU / VivAfrik