La promotion de l’économie verte a pour finalité le développement durable au Sénégal, affirme le SG du MEED

0

Le ministère sénégalais de l’Environnement et du Développement durable (MEED) en rapport avec l’Ambassade de l’Autriche au Sénégal a organisé, ce mercredi 25 mai 2022, une Journée des « Technologies vertes » à Dakar. « Ce programme, en parfaite cohérence avec le plan Sénégal émergent (PSE) et la volonté du président de la République, doit s’inscrire dans une dynamique de croissance soutenue de justice sociale et d’éradication de la pauvreté », a déclaré le Secrétaire général du ministère de l’Environnement et du Développement durable, Amadou Lamine Guissé lors de la cérémonie d’ouverture de cette journée.

S’exprimant en présence de l’ambassadrice de l’Autriche au Sénégal et de plusieurs cadres, il a laissé entendre que « la vision sénégalaise de l’économie verte s’appuie principalement sur les conclusions de la conférence Rio+20. Sous sa forme la plus simple, elle se caractérise par un faible taux d’émission de carbone, une utilisation rationnelle des ressources et l’assurance d’une équité sociale ».

Poursuivant son allocution, Amadou Lamine Guissé poursuit : « dans le contexte du Sénégal, la promotion de l’économie verte a pour finalité le développement durable. Sa mise en œuvre, repose sur la création d’un cadre propice à l’investissement vert à travers des politiques ambitieuses, un mode de gouvernance verte et des institutions efficaces ».

Les principes de bases de l’économie verte sont en parfaite cohérence avec le PSE, unique référentiel de politiques publiques du Sénégal. Cette cohérence transparait clairement dans les orientations politiques déclinées, selon lui, par le chef de l’Etat. Qui, dans son discours d’investiture de 2019, rappelait son ambition de concevoir un « Plan Sénégal émergent vert » pour renforcer la dynamique actuelle de transition du pays vers une économie verte inclusive.

En effet, confie-t-il, « le PSE a fait de l’économie verte un levier du développement durable et de l’éradication de la pauvreté au Sénégal ».

Cette rencontre coïncide avec la structuration du PSE vert. « Le processus déjà entamé, dans le cadre de cette structuration a permis de retenir six secteurs prioritaires pour un investissement à impact vert à savoir : l’énergie, l’industrie, l’agriculture, la foresterie, l’eau et l’assainissement et urbanisme/construction ». 

Selon M. Guissé, à côté de ses initiatives, le Sénégal se positionne en Afrique subsaharienne comme leader dans la transition énergétique, le transport durable et l’agriculture résiliente. Ces résultats sont obtenus grâce à un cadre attractif et des mécanismes de soutien à l’investissement vert. Suffisant pour lui d’inviter le secteur privé autrichien à saisir les nombreuses opportunités offertes par l’investissement vert au Sénégal.

Agir contre les impacts des changements climatiques et, plus généralement la protection de l’environnement, nécessite un important effort d’investissement, a-t-il fait valoir. Ajoutant qu’il n’est nullement nécessaire de rappeler les importants besoins de financement du secteur de l’environnement, compte tenu de sa complexité croissante et de la multiplicité des crises écologiques.

« La mise en œuvre, juste, de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) est estimée à un coût de 13 milliards de dollars US dont 8,7 milliards dédiés à l’atténuation et 4,3 milliards US à l’adaptation. Elle va nécessiter d’importants moyens financiers, humains et technologiques de la part du Sénégal, mais aussi de l’appui de la communauté internationale afin de permettre des réductions encore plus significatives d’émissions de Gaz à effets de serre (GES).

Dès lors, il devient urgent d’œuvrer avec plus d’efficience, en collaboration avec l’ensemble des acteurs public et privé, aux verdissements des projets en attirant de nouveaux types d’investisseurs. Et le Secteur privé Autrichien demeure des partenaires privilégiés dans ce sens, a-t-il.

Rassurant que le Sénégal continuera à créer un cadre incitatif par l’instauration d’une fiscalité verte incitative, le développement de la finance verte et la mise en place de modalités, pour l’innovation verte.

Enfin, le responsable sénégalais a convié l’ensemble des acteurs, qui ont pris part à ce rassemblement, à accompagner et soutenir la mise en œuvre de l’économie verte afin que les principaux résultats soient autant de gages de durabilité de notre politique de promotion de l’émergence.

Moctar FICOU / VivAfrik