La RDC lance l’appel à manifestation d’intérêt pour les secteurs environnemental et agricole

0

Dans un communiqué diffusé à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC) mardi 21 juin 2022 par l’Agence congolaise de presse (ACP), le gouvernement de la République démocratique du Congo, l’Initiative pour la forêt d’Afrique Centrale (CAFI) et les partenaires techniques et financiers ont organisé à Kinshasa l’atelier technique d’information du lancement de l’appel à manifestation d’intérêt pour les secteurs environnemental et agricole en RDC.

Le coordonnateur  adjoint du Fonds national REDD (FONAREDD), Victor Kabengela, a, à cet effet, prôné une gestion et une utilisation durable et rationnelle des terres afin de stabiliser le couvert forestier.

« Cet atelier vise à présenter le cadre programmatique et l’appel à manifestation d’intérêt aux divers potentiels partenaires de mise en œuvre afin de mener un dialogue constructif pouvant assurer une compréhension commune des attentes dans le cadre de la seconde phase du partenariat », a dit Victor Kabengela dans le communiqué.

Selon une approche basée sur les résultats, une allocation de 500 millions de dollars en provenance du Fonds fiduciaires CAFI, sur la première sous-période allant de 2021-2026, est déjà disponible, a révélé la directrice de cabinet adjointe du ministre des Finances, Ginette Mutota Nzau.

Le document diffusé par l’Agence congolaise de presse précise que cette allocation sera axée sur sept piliers, à savoir l’aménagement du territoire, la sécurisation foncière, l’exploitation agricole et forestière durable, la compensation des effets négatifs de l’exploitation forestière et minière, la promotion d’un accès à une énergie durable, la maitrise de la croissance démographique et l’amélioration de la gouvernance.

Ce Fonds fiduciaire doit assurer la croissance économique des communautés locales, l’augmentation de leurs revenus et l’amélioration des conditions de leurs vies, a, de son côté clarifié le conseiller en charge du changement climatique de la vice-première ministre, ministre de l’Environnement et du Développement durable, le Dr Joseph Longunza Malasi.

Rappelons que la RDC est engagée dans le processus de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD) depuis 2009.

Moctar FICOU / VivAfrik