Lutte pour la sécurité alimentaire : Le Botswana mise sur le riz chinois

0

Le Botswana a organisé la « Journée de la récolte du riz chinois » le 27 juin 2022 pour célébrer le succès de la plantation expérimentale de semences de riz chinoises résistantes à la sécheresse dans le pays. C’est avec joie que Wang Xuefeng, l’ambassadeur de Chine a récolté le riz avec des hauts responsables du pays.

A cette occasion, en coopération avec la Chine, le Botswana a testé avec succès ses premiers types de riz adaptés à la culture sur des terres arides, une percée qui devrait grandement contribuer à la sécurité alimentaire de ce pays d’Afrique australe.

Les trois types -connus sous le nom de AA073, AA128 et AA212- ont été sélectionnés parmi sept, tous originaires de Chine, qui ont participé à l’essai. Selon l’Université d’agriculture et des ressources naturelles du Botswana, un acteur majeur de la recherche, ils se sont tous avérés résistants à la sécheresse et capables d’atteindre le stade de remplissage du grain -un stade de croissance post-fertilisation qui détermine la taille et la densité du grain- pour la récolte au cours de l’essai de deux ans. Les types de riz ont produit un rendement moyen de 9 tonnes par hectare à Gaborone, la capitale du Botswana, a indiqué l’université dans un communiqué.

Au cours de la cérémonie, Wang Xuefeng est entré dans le champ expérimental de riz avec Slumber Tsogwane, le président par intérim du Botswana, la faucille à la main, pour récolter le riz et partager la joie de la récolte. Ils ont également échangé des vues sur le renforcement de la coopération agricole entre les deux pays.

La plantation réussie de semences de riz chinoises résistantes à la sécheresse marque une grande importance pour le Botswana pour augmenter la production céréalière, réduire la dépendance aux importations de céréales et assurer la sécurité alimentaire, a souligné M. Tsogwane.

L’université a pour sa part ajouté que les recherches ont prouvé que malgré la croyance populaire selon laquelle le riz ne peut pas pousser sur des terres sèches, ces types de riz peuvent le faire et n’ont pas de besoins en eau élevés. « Les essais visent à apporter la production de riz aux agriculteurs afin qu’ils deviennent autonomes dans la production de cultures de sécurité alimentaire pour la nation », a-t-elle renchéri. Poursuivant que d’autres essais des types de riz seront étendus à d’autres régions du pays.

Le président par intérim du Botswana a fait valoir que la Chine maîtrise la technologie de pointe et des expériences riches dans la production agricole et il a dit espérer que les deux pays renforceront davantage leur coopération dans le domaine de l’agriculture.

Signalons que l’essai des types de riz a commencé à la suite de la signature d’un protocole d’accord en 2020 entre l’Université d’agriculture et des ressources naturelles du Botswana et d’agriculture Afrique, une société basée au Botswana, dans le cadre de la coopération visant à améliorer la production agricole du pays.

Sept types de riz ont été initialement testés au cours de la saison 2020-21 pour leur potentiel de production, mais certains d’entre eux n’ont pas pu terminer le processus de remplissage des grains en raison du climat, et des ravageurs ont également été découverts, a également précisé l’université. Les trois types qui ont finalement fait leurs preuves ont été sélectionnés pour être cultivés au cours de la saison 2021-22, et ils ont tous donné de bons résultats, dont deux qui se sont avérés particulièrement bons pour la région proche de Gaborone.

Moctar FICOU / VivAfrik