Vers l’installation d’une « giga-usine » de batteries pour véhicules électriques au Maroc

0

Le ministre Marocain de l’Industrie, Ryad Mezzour a annoncé, jeudi 21 juillet 2022, dans une interview accordée à l’agence Reuters que son pays négocie avec des fabricants de batteries de véhicules électriques l’implantation d’une « Gigafactory » au Maroc. Si ces négociations aboutissent, le Maroc accueillera une « giga-usine » de batteries de véhicules électriques. Objectif : intégrer l’unité de production géante en question au secteur automobile déjà en place dans le Royaume et sa production de cobalt.

« Nous espérons signer un accord pour l’usine avant la fin de cette année », a fait savoir le ministre de l’Industrie dans cette interview, sans toutefois révéler l’identité des entreprises concernées.

En outre, aucun montant n’a été avancé pour mesurer l’ampleur de l’investissement, le ministre s’est contenté de qualifier le projet de « Gigafactory », un terme utilisé pour les très grandes unités de production.

Quoi qu’il en soit, cette usine de batteries électriques devrait offrir « un élan considérable pour le secteur automobile local », a affirmé, Ryad Mezzour, et pourra bénéficier de la disponibilité d’énergie renouvelable et de matières premières telles que le cobalt et les phosphates dans le pays.

La demande de ce type de batteries ne cesse d’augmenter à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc, où Citroën prévoit de doubler sa capacité de production d’ici à deux ans, pour passer à 50 000 voitures électriques supermini, a déclaré Ryad Mezzour.

Le Maroc abrite des usines de production de Renault et de Stellantis avec une capacité de production combinée de 700 000, a précisé M. Mezzour. L’objectif étant de porter ce chiffre à un million d’ici trois à quatre ans, explique Ryad Mezzour. « Les première et deuxième voitures les plus vendues en Europe, Dacia Sandero et Peugeot 208, respectivement, sont toutes deux fabriquées au Maroc », a-t-il tenu à rappeler.

Afin d’accroître la compétitivité de l’industrie automobile marocaine, devant la concurrence de la Chine et de l’Inde, il est prévu, selon les prévisions de la stratégie nationale, de porter à 80% le taux d’intégration locale. Celui-ci est actuellement de 65%, a annoncé Ryad Mezzour.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire