Le Sénégal lance les études de faisabilité de l’agropole nord

0

Ce qui était dans l’air est désormais officiel. En effet, le gouverneur de la région de Louga, El Hadj Bouya Amar a présidé, lundi 29 août 2022, un comité régional de développement (CRD) portant sur l’implantation d’une agropole dans la zone nord du Sénégal.

Les différents préfets et sous-préfets de Louga ont assisté à ce CRD, ainsi que des chefs de service, maires, élus locaux et des acteurs de développement de la région.

En 2015, une étude de préfaisabilité avait été réalisée sur l’agropole nord, qui sera implanté dans les régions de Matam, Saint-Louis et Louga.

Le Sénégal ambitionne de créer des agropoles dans toutes les zones du pays (sud, centre et nord), dans le but de renforcer la valeur ajoutée des produits agricoles et de réduire la dépendance aux importations des produits agroalimentaires à travers une industrialisation durable et inclusive.

L’agropole nord, à l’instar de ceux du sud et du centre, devrait contribuer à créer des milliers d’emplois directs et indirects, selon El Hadj Djily Mbaye Lo, coordinateur national du projet des agropoles du Sénégal.

Il devrait également induire une plus grande valorisation des produits de la zone dans le cadre des programmes d’autosuffisance en riz, oignon et en viande, a-t-il indiqué.

A terme, les agropoles du Sénégal sont appelés à conduire le pays à l’autosuffisance alimentaire, à travers des investissements dans la structuration des filières et les infrastructures de stockage.

Concernant la question foncière, le responsable des agropoles du Sénégal a souligné que l’Etat a retenu d’accompagner les organisations et les exploitations familiales dans une perspective d’amélioration de la production agricole.

Ce qui implique plus de rentabilité, a-t-il souligné.

Plusieurs intervenants ont salué l’initiative de ce projet mais ont émis des interrogations relativement à la disponibilité des terres, aux études d’impact environnemental et à l’implication des collectivités territoriales.

La formation des acteurs de la filière agricole compte aussi parmi les interrogations soulevées par ce CRD.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire