Une lutte « d’urgence » contre l’insécurité alimentaire décrétée à la tribune des Nations unies

0

Face à l’urgence, des dirigeants du monde entier ont appelé, mardi 20 septembre 2022 à l’occasion en marche des travaux de la 77ème Assemblée générale des Nations unies à New York aux Etats unis, à redoubler d’efforts pour lutter contre l’insécurité alimentaire croissante dans le monde, exacerbée par une convergence de crises, l’invasion russe de l’Ukraine et le manque d’engrais.

Ces leaders mondiaux s’engagent notamment à augmenter leur aide financière aux organismes humanitaires et à ne pas mettre en place de restrictions aux marchés alimentaires et à ceux des engrais, dont ils veulent accroître la production.

Dans une déclaration commune publiée à l’issue d’une rencontre ministérielle en marge de cette 77ème Assemblée générale de l’ONU, les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Union africaine, la Colombie, le Nigeria et l’Indonésie affirment leur « engagement à agir avec urgence, ampleur et de concert pour répondre aux besoins alimentaires urgents de centaines de millions de personnes à travers le monde ».

Cette réunion intervenait dans le sillage du G7 en juin au cours duquel les grandes puissances avaient promis de consacrer près de 5 milliards de dollars pour lutter contre l’insécurité alimentaire.

« Il n’y a pas de paix avec la faim et il n’y a pas de lutte contre la faim sans la paix », a résumé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, tandis que son homologue allemand, le chancelier Olaf Scholz, appelait à « agir avec un sentiment d’urgence ».

Les Etats-Unis ont fait de la sécurité alimentaire une priorité diplomatique non sans arrières pensées politiques, en ciblant la responsabilité de la Russie. D’un autre côté, de nombreux pays du Sud insistent également sur ce thème dans le contexte élargi de la crise climatique et des prix de l’énergie.

Les dirigeants ont souligné le caractère « vital » de l’accord dit de la « mer Noire », qui permet d’acheminer par bateau les céréales ukrainiennes dont dépendent nombre de pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

Cet accord, signé par la Russie et l’Ukraine et validé par les Nations unies et la Turquie en juillet 2022, a permis la reprise de l’exportation des céréales ukrainiennes par un corridor sécurisé.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire