Négociations sur le Grand barrage : L’Egypte accusée d’avoir fait échouer le processus

0

Selon le conseiller en diplomatie des rivières et de l’eau, Fakahmed Negash, la tentative de l’Égypte de réimposer l’accord de l’ère coloniale sur le partage de l’eau et de faire de la distribution de l’eau l’un des principaux objectifs des négociations tripartites sur le Grand barrage de la Renaissance a fait échouer les négociations ».  

A cette occasion, l’Éthiopie a souligné que la position de l’Égypte limitait son développement futur et contredisait les articles de la Déclaration de principes sur le grand barrage.

L’expert en rivières transfrontalières et en diplomatie de l’eau a noté que l’Éthiopie a reflété l’idée qui se concentre sur l’utilisation équitable du barrage et le développement mutuel. Selon Fakahmed, les négociations tripartites des cinq dernières années se sont concentrées sur le remplissage et l’évacuation de l’eau, alors qu’elles auraient dû porter sur la production d’électricité.

M. Negash a souligné que le désir de l’Égypte de faire porter le fardeau de l’indemnisation de la sécheresse sur la seule Éthiopie est sans principes et en dehors de l’expérience internationale de résistance commune à la sécheresse.

D’un autre côté, la demande unilatérale de l’Égypte de libérer 40 milliards de mètres cubes d’eau du barrage est un stratagème visant à retarder le remplissage et la construction du barrage.

Son exigence de fixer des quotas sur la quantité d’eau rejetée vise également à détourner l’ordre du jour des négociations tripartites vers le partage et la distribution de l’eau ; et l’Éthiopie a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’accepterait pas ce programme.

L’Éthiopie doit veiller à éviter que les négociations tripartites ne soient entraînées vers le partage et la distribution de l’eau, a déclaré Fakahmed, soulignant que le partage de l’eau devrait être discuté dans le cadre de coopération de l’Initiative du bassin du Nil par les pays du bassin du Nil. Selon lui, l’Éthiopie n’acceptera pas les accords inacceptables signés en 1929 et 1959 et que l’Égypte souhaite maintenir en vigueur.

La négociation tripartite est basée sur l’accord de « Déclaration de principes » signé à Khartoum en 2015 et l’Éthiopie réalise la construction du barrage conformément à l’accord.

L’expert en eau et diplomate a révélé que l’Egypte continuerait à utiliser différentes stratégies pour retarder les négociations tripartites à différents moments, a-t-il déclaré, soulignant que l’Éthiopie devrait en conséquence en tenir compte et faire des préparatifs complets.

Il a souligné que l’Éthiopie devrait mener des activités diplomatiques pour la mise en œuvre du cadre de coopération global pour le bassin du Nil afin de parvenir à une utilisation équitable des ressources en eau et au développement durable.

L’Éthiopie a exprimé à plusieurs reprises sa ferme détermination à parvenir à un règlement amiable et négocié qui réponde aux intérêts des trois pays et attend avec impatience la reprise des négociations.

Moctar FICOU / VivAfrik

Avec allafrica.com

Laisser un commentaire