La BAD et le Royaume-Uni annoncent l’allocation à Maurice d’un financement climatique du programme phare Room to Run Sovereign

0

Bonne nouvelle pour les autorités de l’île Maurice. En effet, la Banque africaine de développement (BAD) et le Royaume-Uni ont annoncé la sélection du Projet de sous-stations avec appareillages de commutation à isolation gazeuse à Maurice comme projet bénéficiaire dans le cadre de la transaction Room to Run Sovereign (R2RS). Cela signifie que jusqu’à 100 % du coût total du projet de 110 millions de dollars, correspondant à la composante d’atténuation des effets du changement climatique du prêt, a été rendu possible grâce au capital supplémentaire débloqué par la garantie du gouvernement britannique.

Approuvé en juillet 2023, ce projet jettera les bases d’une intégration efficiente et efficace des énergies renouvelables variables grâce aux investissements nécessaires à l’expansion du réseau, ce qui renforcera la fiabilité du réseau national et permettra l’installation, l’interconnexion et l’absorption des énergies renouvelables par le réseau électrique national. Cela permettra à Maurice de poursuivre sa trajectoire de transition énergétique, permettant l’intégration des énergies renouvelables et la réalisation de l’objectif de 60 % d’énergies renouvelables dans le mix de production d’électricité d’ici à 2030, a relevé la BAD dans son site internet.

Comme annoncé lors de la 26ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) qui s’est déroulée du 31 octobre au 12 novembre 2021 à Glasgow, en Écosse, R2RS est une opération d’optimisation du bilan, innovante et hautement évolutive qui aide la Banque à prêter davantage de fonds à des projets critiques de lutte contre le changement climatique. Dans le cadre de R2RS, une garantie de 2 milliards de dollars est fournie à la Banque par le gouvernement britannique (1,6 milliard de dollars de couverture) et les assureurs de la City de Londres (400 millions de dollars). En assumant une partie de l’exposition au risque de crédit sur une partie du portefeuille souverain de la Banque, R2RS permet à cette dernière de fournir jusqu’à 2 milliards de dollars supplémentaires de financement climatique à l’Afrique d’ici à 2027, répartis entre l’adaptation et l’atténuation.

Rappelons que le Royaume-Uni et la Banque ont annoncé, en mai 2023, les deux premiers projets financés par le R2RS : un projet égyptien de traitement des eaux usées de 80 millions d’euros et un projet d’assainissement de l’eau de 37 millions d’euros au Sénégal. Tous deux se concentrent sur l’approvisionnement en eau et l’assainissement et profiteront à des millions de personnes dans leurs pays respectifs. Ce projet à Maurice est le sixième à bénéficier de la capacité de prêt débloquée fournie par le R2RS, depuis la signature de l’accord en 2022. Cette annonce accompagne celle de trois autres projets bénéficiaires en Tunisie, au Bénin et au Kenya, ce qui porte le total des financements débloqués par le R2RS à plus de 400 millions de dollars.

Le vice-président de la Banque africaine de développement a noté que « cette transaction est l’un des nombreux projets constituant le programme de prêts grâce auquel la Banque africaine de développement répond à l’appel lancé aux banques multilatérales de développement par les parties prenantes à la COP27 pour qu’elles innovent et accroissent les financements climatiques par l’intermédiaire de ces banques. La Banque africaine de développement est fière de s’associer au Royaume-Uni dans cette initiative et d’être à l’avant-garde de ces développements ».

De son côté, Charlotte Pierre, haut-commissaire du Royaume-Uni à Maurice a déclaré que « les petits États insulaires en développement (PEID) comme Maurice subissent certains des effets les plus dévastateurs du changement climatique. Le gouvernement britannique n’hésitera pas à aider ses partenaires des PEID à y faire face. La collaboration avec la Banque africaine de développement par le biais de la garantie du Royaume-Uni permettra à Maurice d’accélérer sa transition globale vers l’énergie propre. Ensemble, nous pouvons faire avancer le programme des Objectifs de développement durable, en assurant une transition climatique équitable pour tous ».

« Ce projet permettra de développer 133 MW d’énergie solaire photovoltaïque et de les connecter aux sous-stations GIS neuves et réhabilitées, aidant ainsi Maurice à avancer sur la voie d’un développement à faible émission de carbone et résilient au changement climatique », a pour sa part laissé entendre Kennedy K. Mbekeani, chef de Bureau pays pour Maurice et directeur général adjoint pour l’Afrique australe de la Banque africaine de développement.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire