Le procès de la société civile d’Agadez contre la société minière SOMIDA s’ouvre au Niger

0

L’affaire société civile d’Agadez contre la SOMIDA (Société des mines de Dasa) est devant le tribunal de grande instance hors classe de Niamey, mercredi 24 janvier 2024. Le fond du dossier est examiné. Un collectif d’organisations de la société civile de cette région du nord du Niger a saisi la justice pour dénoncer l’impact sur l’environnement et le quotidien des populations des activités menées par la Société des mines de Dasa. Il y a quasiment un an, elles avaient remporté une première victoire devant un tribunal d’Agadez.

C’est l’avenir des jeunes générations de cette région du nord du Niger qui se joue, a jugé le collectif d’organisations de la société civile d’Agadez qui a saisi la justice. Pour elles, l’impact environnemental de l’exploitation de l’uranium doit être bien évalué. Lors de cette audience au fond, elles espèrent que la justice sera aussi sensible à leurs arguments qu’il y a un an.

Rappelons qu’en début 2023, le tribunal d’Agadez avait en effet ordonné la suspension des activités de la SOMIDA, la société des mines de Dasa, détenue à 20% par l’État du Niger, et à 80% par le Canadien Global Atomic, jusqu’à la publication d’une étude d’impact environnemental.  Les communautés dénonçaient des erreurs dans les prélèvements et analyses réalisés. Le tribunal avait également ordonné un suivi par la société civile.

Les organisations d’Agadez veulent notamment savoir ce qui est mis en place, pour éviter les effets néfastes de l’exploitation de l’uranium sur leur environnement, sur les populations comme sur la faune. Elles dénoncent le manque de consultation des populations concernées, et s’interrogent sur l’impact économique pour la région.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire