Un financement de 111 milliards FCFA pour lutter contre les changements climatiques au Cameroun approuvé

0

Le Fonds monétaire international (FMI) a décidé d’aider le Cameroun grâce à un financement afin de permettre au pays d’Afrique centrale à s’adapter et à atténuer les effets des changements climatiques, en se substituant à des financements plus onéreux. Le financement représente 50% de la quote-part et dont les premiers décaissements devraient intervenir à l’issue de l’achèvement de la première revue de l’accord. 183,4 millions de dollars dans le cadre de la Facilité pour la résilience et la durabilité (FRD), soit environ 111 milliards FCFA.

Ce financement de 183,4 millions USD (environ 111 milliards FCFA au cours actuel) a récemment été approuvé par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international en faveur du Cameroun, au titre du Mécanisme pour la résilience et la durabilité (FSR).

Pour Kenji Okamura, directeur général adjoint et président par intérim de l’institution de Bretton Woods, « le Cameroun est un État fragile et touché par un conflit, confronté à des risques importants liés au changement climatique, notamment une menace imminente pour les moyens de subsistance et des pertes de production potentiellement importantes qui pourraient aggraver l’insécurité alimentaire et les conflits, et exacerber la pauvreté, les inégalités et les déplacements des populations ».

« La diversité régionale du pays l’expose à une variété d’événements liés au climat, notamment les sécheresses, les inondations et l’érosion côtière. S’il n’est pas traité de manière appropriée, le changement climatique pourrait retarder l’accumulation du capital humain et mettre en péril le développement et la croissance inclusive », a-t-il renchéri.

De même, la FRD va contribuer à remédier aux facteurs de vulnérabilité face aux changements climatiques, à intégrer l’action climatique dans la gestion des finances publiques, à renforcer les politiques nationales d’adaptation et d’intensifier les initiatives d’atténuation des changements climatiques.

Les décaissements débuteront à l’issue de la première revue du FSR prévue pour durer 1 an et demi, relaie Investir au Cameroun. Le FMI observe que ce délai coïncide avec « les 18 mois restants pour l’implémentation des accords au titre des facilités élargies de crédit (FEC) et de Financement élargie (FEP), approuvés en juillet 2021 et prolongés en décembre 2023, pour soutenir le programme de réforme économique et financière du pays ».

Le FMI définit le FSR comme une facilité « offrant un financement abordable et à long terme, permettant à des pays engagés dans des réformes de réduire les risques pour la stabilité future de leur balance des paiements, notamment ceux liés au changement climatique et aux pandémies ».

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire