La BAD lance la solution RASME pour renforcer la supervision à distance et en temps réel des projets de développement en Tunisie

0

En Tunis, la Banque africaine de développement (BAD) a lancé, le 8 février 2024, la solution informatique RASME (Remote, Appraisal, Supervision, Monitoring and Evaluation, en anglais) de collecte, d’analyse et de traitement de données en temps réel pour renforcer la supervision des projets de développement.

Selon l’institution financière panafricaine dirigée par Akinwumi Adesina, la solution RASME recueille et exploite les données numériques des projets afin d’en améliorer le suivi-évaluation à distance et en temps réel sur l’ensemble du territoire tunisien.

Devant un parterre d’opérateurs publics et privés de premier plan, le lancement officiel de cette solution informatique a été fait par Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour l’Afrique du Nord, en présence de Tarek Bouhlel, directeur général de la Coopération au ministère tunisien de l’Économie et de la Planification.

M. El Azizi qui se prononçait lors de cette cérémonie a soutenu que « ce lancement célèbre, aujourd’hui, la réussite d’une coopération tripartite qui améliore, grâce à une technologie d’avant-garde, l’efficacité du développement au bénéfice des populations que nous servons. Nous sommes fiers de ce partenariat dans un domaine si stratégique pour le pays ».

Rappelons que la solution informatique RASME est le fruit d’un partenariat entre la Banque africaine de développement, l’initiative Geo-Enabling for Monitoring and Supervision de la Banque mondiale et KoBoToolbox.

De son côté, Tarek Bouhlel a laissé entendre que « cette solution revêt une importance stratégique pour la Tunisie. Nous sommes tous conscients de l’importance d’avoir des données fiables et accessibles pour assurer une gestion efficace et efficiente des projets. La prise de décision n’en sera que plus facile pour accélérer la réalisation de nos priorités de développement ».

Le déploiement de cette initiative en Tunisie sera accompagné d’une stratégie de formation, de communication et de conduite du changement. Pendant quatre jours, plus de 70 gestionnaires de projets issus de la Banque et d’institutions publiques seront formés à la collecte et au traitement, sur le terrain, de données opérationnelles sous divers formats numériques (photos, vidéos, audios, cartes, etc.) à l’aide d’appareils mobiles, de tablettes et d’ordinateurs.

Le partenariat entre la Banque africaine de développement et la Tunisie couvre, depuis près d’un demi-siècle, les secteurs de l’énergie, de l’eau, des transports, de l’agriculture, du développement social et des technologies de l’information et de la communication.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire