La deuxième phase du « Projet de transition agro-écologie » lancée à Podor (Sénégal)

0

L’adjoint au préfet de Podor, Ousmane Sidibé, a présidé, vendredi 9 février 2024, la cérémonie de lancement de la deuxième phase du « Projet de transition agro-écologie (TAE) le long de la Vallée du fleuve Sénégal » dénommé « Jafowa ».

Ce projet est piloté par la Fédération des organisations non gouvernementales au Sénégal (FONGS) au profit de huit cent exploitations familiales (EF) affiliées à deux organisations paysannes du département de Podor.

Selon le technicien de la FONGS, Mouhamed Nassy Bâ, qui a présenté le dit projet, la deuxième phase de « Jafowa » qui s’étend de janvier 2024 à juin 2026, a pour objectif de « contribuer à la résilience des exploitations familiales et l’agro-écologie des systèmes de production du département de Podor ».

Au total, huit cent quarante EF affiliées à l’Union des Jeunes agriculteurs de Koyli Wirndé (UJAK) et l’Union de Galoya, sont ciblées, a expliqué M. Bâ.

Les activités concernent l’agriculture, l’élevage, la gestion des ressources naturelles notamment les mares et les forêts, à travers des conventions, avec l’encadrement des services des Eaux et Forêts et des Pêches.

L’adjoint au préfet de Podor qui a procédé au lancement du projet a laissé entendre que « ce projet est une solution à l’équation que constitue la problématique du changement climatique et la gestion des ressources naturelles. Car il tient compte de préoccupations des populations, de l’Etat et de tous les acteurs concernés ».

Ousmane Sidibé a exhorté « toutes les parties prenantes à respecter les engagements pris pour un déroulement correct du projet ».

« Jafowa va contribuer à la préservation de l’environnement, booster la production », a souligné Mame Mbayang Touré, responsable du Suivi-Evaluation de la FONGS, se fondant sur les résultats obtenus lors de la première phase durant laquelle « 70 % des TAE ont donné entière satisfaction ».

« Jafowa est un projet que la commune de Guédé Village accueille et va accompagner », s’est réjoui son premier adjoint au maire, Hassane Seydi Sall, ajoutant que la collectivité territoriale « suit avec intérêt le déroulement ».

Au nom des organisations paysannes, le président de l’UJAK, Abdoulaye Racine Anne, a salué « l’importance » de Jafowa, qui « est venu à son heure, dans un contexte de rareté d’engrais chimique ».

« L’engrais organique est une alternative crédible et durable pour contribuer à l’accroissement des rendements de produits de qualité », a conclu le président de l’UJAK.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire