Sénégal : Bonne amélioration des taux d’accès à l’eau et à l’assainissement, selon un expert

0

Le coordonnateur de la Plateforme des organisations de la société civile sur l’eau et l’assainissement (POSCEAS) du Sénégal a indiqué que les taux d’accès à l’eau potable et à l’assainissement au Sénégal se sont bien améliorés.

Suffisant pour Abdoul Aziz Faye de déclarer que « l’accès à l’eau et à l’assainissement s’est très bien amélioré aujourd’hui au Sénégal, si on se réfère à la revenue annuelle conjointe du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, tenue en avril 2023 ».

M. Faye qui intervenant lors d’un atelier de validation du rapport provisoire du « Livre bleu » du Sénégal en présence de plusieurs experts et partenaires techniques et financiers, a précisé que pour l’eau potable, les taux se sont établis à 98,7 % en milieu urbain et 96, 9% en milieu rural.

Abdoul Aziz Faye signale toutefois que des « disparités » existent au plan national, surtout en matière d’assainissement où le taux d’accès se situe à 88% en milieu urbain, contre 62,2% en milieu rural, soit une moyenne nationale de 74%.

Poursuivant son allocution, il a expliqué que « cette situation fait que les analyses que nous allons faire dans les régions, vont révéler ces disparités et aider l’Etat à les toucher du doigt, afin d’avoir les orientations d’actions qui permettront de mieux prendre en charge ces problématiques ».

Selon Abdoul Aziz Faye, ces disparités d’accès à l’eau et à l’assainissement touchent davantage les régions de Kédougou, Kolda et Sédhiou.

La POSCEAS du Conseil des organisations non gouvernementales d’appui au développement (CONGAD) a lancé, au début du second semestre de l’année 2022, le nouveau processus d’élaboration du « Livre bleu 2 (LB-II) », en collaboration avec le Secrétariat international de l’eau (SIE).

L’initiative du « Libre bleu » a été officiellement adoptée lors d’une réunion de l’Assemblée mondiale des sages de l’eau (AMSE), une rencontre tenue à la Maison du citoyen de l’eau de Tokyo, lors du troisième Forum mondial de l’eau, en 2003.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire