La 26ème édition du Forum africain de l’énergie prévue du 25 au 28 juin 2024 à Barcelone

0

Barcelone, la capitale cosmopolite de la région espagnole de Catalogne va abriter, du 25 au 28 juin2024, la 26ème édition du Forum africain de l’énergie. D’après les organisateurs de cet évènement, il sera placé sous le thème : « Systèmes énergétiques du futur – Équilibrer les besoins de l’Afrique avec les objectifs mondiaux ». Ce Forum va enregistrer la participation de principaux acteurs et investisseurs du continent, ainsi que ses futurs dirigeants.

Les organisateurs de la 26ème édition du Forum africain de l’énergie renseignent que quatre discussions interactives, couvrant des domaines vitaux tels que le développement de projets, les innovations technologiques, les opportunités intersectorielles et les collaborations, seront au programme de cette rencontre.

Le Forum africain de l’énergie constitue « la première plateforme de collaboration et d’innovation dans le secteur de l’énergie en Afrique », ont fait valoir ces organisateurs.

Selon un rapport publié en février 2024, par S&P Global, la maison-mère de l’Agence américaine d’analyse et de notation financières, Standard & Poor’s, environ 600 millions de personnes en Afrique subsaharienne (jusqu’à 50 % de la population de la région) n’ont pas accès à l’électricité.

La demande d’électricité dans cette partie du continent devrait encore augmenter de près de 3 % en 2024, a estimé le rapport.

Qui a relevé que c’est « ce qui souligne la nécessité d’équilibrer les objectifs en matière de transition énergétique avec la disponibilité de l’électricité ».

Rappelons que le Forum africain de l’énergie, lancé en 1999, est un événement de premier plan portant sur l’investissement en matière d’énergie et de gaz et un forum d’affaires, où les gouvernements et les services d’utilité publique échangent sur les possibilités offertes en matière de développement énergétique en l’Afrique.

Il réunit des hauts fonctionnaires et des cadres du secteur privé pour discuter des possibilités d’accroitre le nombre de projets énergétiques, publics et privés, sur le continent africain.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire