L’énergie solaire comme moteur entrepreneurial d’une commune rurale de Madagascar

0

Deux tiers de la population malgache vit sans électricité. Ainsi, des opérateurs privés investissent le marché de l’électrification rurale en pleine expansion à Madagascar. Le village d’Anosibe Ifanja situé à 130 kilomètres à l’ouest d’Antananarivo, est situé dans une commune rurale dynamique, réputée pour la fertilité de ses terres. L’arrivée de l’énergie solaire, en octobre 2023, a donné un élan entrepreneurial à cette zone agricole.

Dans cette rue commerçante, entre des maisons à étage colorées, un grondement s’échappe d’un atelier de menuiserie. Rafaly, son propriétaire, a investi avec l’arrivée de l’électricité dans la première machine à bois du village, co-financée à hauteur de 50% par la société We Light, l’un des principaux acteurs dans le secteur qui alimente en énergie propre à ce jour 155 villages dans 14 régions de Madagascar.

« Maintenant, je crée de l’emploi. J’ai ici 3 salariés. J’ai pour projet d’acheter un tracteur pour livrer mes meubles dans les villages alentours. En ce moment, j’utilise une simple charrette tirée par des bœufs », a témoigné Rafaly dans un reportage effectué par nos confrères de Radio France internationale (RFI).

Selon la même source, Rafaly fait partie des 120 bénéficiaires de l’électricité dans ce village de 5 000 habitants où l’accès à l’énergie reste un luxe. En pratique, les consommateurs achètent l’électricité comme ils rechargent leur crédit téléphonique, selon leurs besoins, via un système de prépaiement.

Pour être raccordé au réseau, il faut compter au minimum 100 000 ariary, soit 20 euros l’installation du compteur électrique, l’équivalent de dix jours de revenus pour un travailleur rural.

Un sentiment de modernité

« Les gros bénéficiaires, ce sont surtout les entrepreneurs, les petites gargotes et industries ou encore les restaurants. Notre démarche, c’est d’appuyer l’usage productif de l’énergie, à la fois pour le développement socio-économique du village, qui passe par l’emploi… Mais aussi pour que We Light assure la rentabilité de sa centrale. C’est du gagnant-gagnant », a dit la directrice des relations publiques chez We Light, Tsanta Rabekoto, qui reconnaît un tarif sélectif, qui profite avant tout aux activités lucratives.

De cette petite révolution, Hanitriniaina Rafanomezana, le maire du village, retient aussi des bénéfices à l’échelle collective. « Avec l’éclairage de nuit, qui a permis d’améliorer significativement la sécurité, on constate par exemple qu’il y a moins de vol. Aussi, le centre de santé de base est beaucoup plus fréquenté aujourd’hui grâce à l’électricité, qui permet désormais aux femmes d’accoucher la nuit ».

La lumière a insufflé un sentiment de modernité à Anosibe Ifanja. À Madagascar, les habitants du monde rural restent les grands oubliés de l’électrification, poussant le secteur privé à se substituer à la Jirama, la compagnie nationale de distribution d’électricité, incapable d’alimenter correctement le pays. Sur la Grande Île, 85% de la population est encore dépourvue d’électricité en zone rurale.

Moctar FICOU / VivAfrik

Laisser un commentaire